JC35
INTERNATIONAL

Marchons pour la paix !

Léon Deffontaines, secrétaire général du Mouvement jeunes communistes de France rappelle dans une tribune, l’actualité du combat pour la paix et la nécessité d’une transformation radicale de la société pour y parvenir. 

Le 21 Septembre se tiendra la 38ème journée internationale pour la paix. Journée décrétée par l’ONU pour promouvoir la paix à travers le Monde. Cette année, cette journée s’organise dans un contexte mondial au bord de l’implosion. Alors que les réactionnaires sont arrivés à la tête de nombreuses puissances mondiales : Trump aux Etats-Unis, Bolsonaro pour le Brésil, Johnson au Royaume-Uni ; les tensions géopolitiques continuent de croître et le droit international est de plus en plus ouvertement bafoué. 

Depuis l’arrivée de Trump au pouvoir, celui-ci n’a eu de cesse d’enchaîner les provocations. 

En Amérique latine d’abord, avec le Venezuela où l’administration Trump clame ouvertement sa volonté de renverser le régime en s’appuyant sur une bourgeoisie corrompue et alliée aux narcotrafiquants. Le gouvernement étasunien, après des coups d’état manqués, se tient prêt à intervenir militairement pour renverser le gouvernement légitime de Maduro. 

A côté de cela le Moyen-Orient est une zone de plus en plus instable. La guerre en Syrie continue, Damas poursuivant sa reconquête du territoire, tandis que la Turquie cherche à maintenir ses positions. En début de semaine dernière, deux infrastructures pétrolières en Arabie Saoudite ont été prise pour cible. Le gouvernement saoudien accuse l’Iran d’en être à l’origine et  la possibilité d’un conflit ouvert entre les deux pays semble de plus en plus se faire sentir. Trump allié de l’Arabie Saoudite a annoncé le durcissement des sanctions envers l’Iran. La tension entre les deux pays ne cesse d’augmenter depuis le rétablissement des sanctions américaines et la situation pourrait déboucher sur un conflit armé. 

En Palestine, la guerre d’occupation menée par Israël se poursuit avec le soutien des Etats-Unis et l’indifférence de la communauté internationale, la lâcheté du positionnement de la diplomatie française apparaît de plus en plus comme une faute historique.. Les élections législatives ont vu la mise en échec de Nétanyahou incapable de constituer une majorité avec ses alliés d’extrême droite, cependant ses outrances racistes et colonisatrices sont loin d’être marginalisées.. C’est ainsi qu’il ne se passe pas une journée sans qu’un nouveau crime ne soit commis dans les territoires occupés. Les arrestations et emprisonnements arbitraires se multiplient et les Palestiniens se font toujours plus massacrer. Cette occupation déstabilise toute la région et les tensions s’accumulent avec les pays voisins. Notamment au Liban, où Netanyahou a déclenché une attaque au drone dans la banlieue de Beyrouth au début du mois. 

Les tensions montent également en Asie. Les frictions entre l’Inde et le Pakistan laissent présager une escalade de violences entre les deux pays ce qui pourrait déstabiliser toute la région. 

Ces différents éléments montrent que nous ne sommes pas à l’abris d’un nouveau conflit d’ampleur planétaire qui pourrait sonner le glas de l’espèce humaine.  

Si conflit il y a, les conséquences seraient funestes pour l’espèce humaine. Alors que des millions de jeunes ont marché pour sauver le climat dans l’espoir d’avoir un futur, une guerre entre deux puissances mondiales pourrait entraîner en quelques heures l’extermination complète de l’espèce humaine. La plupart des conflits dans le Monde engagent un ou plusieurs pays disposant de la bombe nucléaire.  L’arsenal nucléaire mondial est capable de détruire toute vie sur Terre. 

Face à la course aux armements le droit international doit être appliqué, à commencer par l’article 6 du traité du traité de non-prolifération des armes nucléaires qui prévoit le désarmement nucléaire. A ce traité s’en ajoute un nouveau qui n’est pour l’instant ratifié que par 26 états et doit l’être par 50 pour être mis en place. Ce traité est celui de l’interdiction des armes nucléaires permettant réellement de lancer un processus de désarmement des arsenaux nucléaires à l’échelle planétaire. Les grandes puissances mondiales dont fait partie la France refusent pour l’instant de le signer. 

Le 21 septembre, journée internationale pour la paix, doit être l’occasion d’exiger du gouvernement français qu’il cesse ses opérations extérieures et qu’il signe et ratifie le traité d’interdiction de l’arme nucléaire. Cette journée doit être également l’occasion d’exiger  que la France prenne position en faveur de la Paix au Moyen-Orient en commençant par la Palestine. Le premier pas vers un processus de paix doit passer par la libération de l’ensemble des prisonnières et prisonniers politiques palestiniennes et palestiniens à commencer par Marwan Barghouti. Barghouti, aussi appelé le Mandela palestinien, est comme son homologue sud-africain, le seul à pouvoir unir la Palestine autour d’un projet de paix. 

Le droit international doit s’imposer à l’ensemble des États. Cela fait de trop nombreuses années que les plus grandes puissances mondiales le bafouent au profit des intérêts capitalistes. Derrière la cristallisation des tensions se cache en réalité un capitalisme aux abois prêt à tout pour survivre. L’intérêt des peuples ne pèse pas lourd dans la balance face à la recherche du profit. La France doit prendre le chemin de la Paix en respectant ce droit. Cet engagement doit débuter par la fin des opérations extérieures, pour reprendre l’euphémisme utilisé par nos dirigeants pour qualifier leur aventurisme militaire.

Une toute autre société est possible. Revendiquer la paix entre les peuples c’est revendiquer un autre projet de société où l’intérêt de l’humain passe avant le profit. C’est en ce sens que la journée du 21 est importante, celle-ci doit permettre de montrer qu’une paix durable entre les peuples est possible, celle-ci passe nécessairement par un changement radical de société.