CC BY-SA 2.5 | Pso
CULTURE

Musée de l’Homme, des questions et des sens

Le musée de l’Homme a rouvert ses portes en 2015 après plusieurs années de travaux. Présentation du musée qui fait face à la tour Eiffel.

Quelques mois après sa réouverture, une pirogue a été installée à l’entrée de l’exposition permanente. Elle fait face à la Tour Eiffel et à la capitale. Détachée du reste du parcours du musée, elle est posée en exergue de l’exposition. Réalisée par le peuple Kichwa de Sarayaku, elle a été amenée à Paris à l’occasion du sommet international pour le climat de la COP 21.

Plus qu’un outil, la pirogue est pensée en Amazonie comme faisant partie d’un tout liant les hommes et la nature. Il s’agit ainsi de respecter la nature comme son prochain puisqu’elle constitue une partie de la communauté vivante. Cette conception du monde peut être vue comme allant à l’encontre des conceptions occidentales, ou peut-être perçue au contraire comme un avenir possible. La lente et difficile lutte pour faire affirmer le concept révolutionnaire d’Humanité est encore en cours partout dans le monde. Intégrer le «barbare» qui ne parle pas notre langue comme faisant partie d’une communauté mondiale est un défi; penser le monde vivant comme étant une partie de nous l’est tout autant.

C’est un musée projeté vers l’avenir qui s’ouvre à nous, conscient des nouveaux enjeux auxquels l’Homme est confronté. Mais ce musée trace aussi des pistes de réflexions trouvées dans les communautés humaines d’Amazonie ou d’Europe.

Plus qu’une rénovation, c’est une révolution que le musée a connu après six ans de travaux. Créé en 1937 par des scientifiques anticolonialistes, le musée de l’Homme a été constamment aux prises avec les enjeux de son époque. Pendant la seconde guerre mondiale, ses fondateurs se sont engagés dans la résistance. Plus récemment, l’ouverture du musée du Quai Branly de l’autre côté de la Seine a bouleversé l’ambition du musée situé dans le Palais de Chaillot. Le nouveau musée voulu par le président Chirac est dédié aux arts primitifs et base ses expositions sur de nombreuses pièces découvertes à l’occasion de recherches ethnographiques. Ainsi, le Quai Branly a puisé dans les collections du musée de l’Homme pour se réaliser. De plus le musée de l’Homme est profondément lié à l’histoire de la colonisation et de la décolonisation. Or cette histoire est en perpétuelle écriture.

Le nouveau musée s’organise autour de trois questions. « Qui sommes nous ? D’où venons nous ? Où allons nous ? ». A partir de pièces exceptionnelles et d’outils informatiques nouveaux, les visiteurs sont invités à explorer les ressorts de ces questions. Ils sont amenés à construire leurs visites selon leurs choix. Ils sont des acteurs essentiels du lieu. A la fin de l’exposition permanente, une cabine noire accueille les visiteurs. Ils sont invités à exprimer leurs opinions et leurs idées sur les questions posées par le musée en 1 minute face à une caméra. Les images rejoindront ensuite une galaxie de vidéos qui seront proposées aux futurs visiteurs.

Le musée n’échappe pas à ses contradictions. On peut en effet découvrir au détour d’une exposition les noms de ses mécènes sur des plaquettes métalliques. Il s’agit de grandes multinationales dont les domaines d’actions sont la banque ou l’énergie. Mais ces questions là sont peut-être plus liées à l’organisation de la politique culturelle en France qu’à la définition des ambitions du Musée. L’origine des pièces du musée est également soumise à controverse et constitue un sujet de discorde politique entre différents acteurs étatiques et politiques notamment en Afrique.

Le musée de l’Homme est également un lieu de recherche composé d’une bibliothèque et de nombreuses ressources pour les scientifiques. Mais la prouesse du lieu est dans la constitution d’un ensemble original et renouvelé qui rassemble un public non-averti et des spécialistes.

Le musée propose des points de vues différents pour appréhender l’Homme d’une autre manière. Des expériences olfactives sont proposées, tout comme des animations sonores. En explorant des sens rarement développés dans les musées, les équipes du lieu innovent et provoquent les habitudes des visiteurs. Ainsi, au détour d’un espace, le visiteur peut découvrir des langues tirées hors du mur. En appuyant sur chacune d’entre elles on peut découvrir des mots de langues inconnues ou presque. Ainsi le visiteur a la chance d’entendre quelques phrases de grec, ou d’un dialecte asiatique parlait par… 8 personnes !

Le Musée de l’Homme est situé au Palais de Chaillot à Paris, 17 place du Trocadéro (métro lignes 6 et 9, arrêt Trocadéro)

Ouvrage pertinent sur le musée :

Le Musée de l’Homme. Histoire d’un musée laboratoire, sous la direction de Claude Blanckaert. éditions Artlys/Muséum d’histoire naturelle.

Expositions en cours :

Le Peuple de La Vallée (photos), jusqu’au 2 juillet 2018.

Neandertal L’expo, jusqu’au 7 janvier 2019.