Rédaction | Avant Garde
CULTURE

Les sorties cinéma de la semaine

Cette chronique a pour but de présenter chaque semaine les films qui vont sortir sur grand écran. Les longs-métrages présentés n’ont pas encore été vus en salle mais feront pour certains l’objet de critiques ultérieurement. L’auteure ne fait que donner son avis personnel construit à partir du synopsis et de la bande annonce. Des erreurs de jugement peuvent donc être commises.

A NE PAS MANQUER

Ocean’s 8

COMEDIE – “Cinq ans, huit mois, 12 jours… et le compteur tourne toujours ! C’est le temps qu’il aura fallu à Debbie Ocean pour échafauder le plus gros braquage de sa vie. Elle sait désormais ce qu’il lui faut : recruter une équipe de choc. À commencer par son « associée » Lou Miller. Ensemble, elles engagent une petite bande d’expertes : Amita, la bijoutière, Constance, l’arnaqueuse, Tammy, la receleuse, Nine Ball, la hackeuse et Rose, la styliste de mode. Le butin convoité est une rivière de diamants d’une valeur de 150 millions de dollars. Le somptueux bijou sera autour du cou de la célèbre star Daphne Kluger qui devrait être l’objet de toutes les attentions au cours du Met Gala, l’événement de l’année. C’est donc un plan en béton armé. À condition que tout s’enchaîne sans la moindre erreur de parcours. Enfin, si les filles comptent repartir de la soirée avec les diamants sans être inquiétées…”

 

Après la trilogie culte Ocean composée d’un casting masculin impressionnant, les braquages recommencent avec un casting féminin cette fois, tout aussi spectaculaire où l’on peut retrouver Sandra Bullock, Cate Blanchett, Anne Hathaway, Sarah Paulson ou encore Rihanna. Outre le casting, si Ocean’s 8 s’inscrit dans la même lignée que les précédents volets, on pourra compter sur une réalisation dynamique et un scénario bien écrit relevant les paris de la comédie.

3 jours à Quiberon

DRAME – “1981. Pour une interview exceptionnelle et inédite sur l’ensemble de sa carrière, Romy Schneider accepte de passer quelques jours avec le photographe Robert Lebeck et le journaliste Michael Jürgs, du magazine allemand « Stern » pendant sa cure à Quiberon. Cette rencontre va se révéler éprouvante pour la comédienne qui se livre sur ses souffrances de mère et d’actrice, mais trouve aussi dans sa relation affectueuse avec Lebeck une forme d’espoir et d’apaisement.”

 

Inspiré d’un réel entretien entre Romy Schneider et le “Stern” 3 jours à Quiberon est saisissant. Déjà, parce que la ressemblance entre Marie Baümer (qui interprète la célèbre actrice) et Romy Schneider est troublante, mais aussi parce que la réalisation – en noir et blanc – d’Emily Atef rend compte de cette interview inédite où Schneider s’était livrée comme jamais elle ne l’avait fait auparavant. L’interprétation subtile et délicate de Marie Baümer renforce alors le film.

Filles du feu

DOCUMENTAIRE – “Elles ont à peine 20 ans et affrontent l’État Islamique au Kurdistan syrien. Dans cette région du monde où l’homme marche devant et la femme derrière, le fait qu’elles aient pris les armes au côtés de leurs frères revêt une signification extraordinaire. Leurs foulards de couleurs, leur calme et leur courage ont fait le tour du monde. À contrepied des flux catodiques d’images de guerres, Stéphane Breton filme leur quotidien dans un monde en ruine, l’attente et les veillées d’armes autour du souvenirs des disparus. Ce sont les combattantes kurdes, les Filles du feu.”

 

Un sujet, peu traité, souvent mal, qui suit ici les quotidiens des combattantes kurdes, éternelles oubliées. Un avant-goût du film de fiction “Les filles du soleil” d’Eva Husson qui traite du même sujet dont la sortie est prévue en novembre. Un regain d’intérêt intéressant et encourageant pour ces combattantes kurdes.

 

POURQUOI PAS

Le Cercle littéraire de Guernesey

ROMANCE – “Londres, 1946. Juliet Ashton, une jeune écrivaine en manque d’inspiration reçoit une lettre d’un mystérieux membre du Club de Littérature de Guernesey créé durant l’occupation. Curieuse d’en savoir plus, Juliet décide de se rendre sur l’île et rencontre alors les excentriques membres du Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates dont Dawsey, le charmant et intriguant fermier à l’origine de la lettre. Leurs confidences, son attachement à l’île et à ses habitants ou encore son affection pour Dawsey changeront à jamais le cours de sa vie.”

Romance d’après-guerre, Le Cercle littéraire de Guernesey est l’adaptation du roman de Mary Ann Shaffer et Annie Barrows “Le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates” réalisé par Mike Newell a qui on doit “Quatre mariages et un enterrement”. Si le film veut balancer entre comédie et romance c’est malheureusement le mélodrame qui prend le dessus, notamment dû à une musique trop présente et qui nuit à l’intensité dramatique.

Hérédité

HORREUR – “Lorsque Ellen, matriarche de la famille Graham, décède, sa famille découvre des secrets de plus en plus terrifiants sur sa lignée. Une hérédité sinistre à laquelle il semble impossible d’échapper. “

Empruntant les codes classiques du film d’épouvante, Hérédité ne bénéficie pas non plus d’un scénario bien intéressant. En revanche, quelques intentions de réalisation sont intéressantes mais pas assez pour faire un bon film.

Désobéissance

ROMANCE – “Une jeune femme juive-orthodoxe, retourne chez elle après la mort de son père. Mais sa réapparition provoque quelques tensions au sein de la communauté lorsqu’elle avoue à sa meilleure amie les sentiments qu’elle éprouve à son égard…”

Dans une mise en scène humaniste, Désobéissance ne survole pas son sujet, au contraire. Il ne laisse aucun personnage à l’abandon et peint l’être humain comme la complexité qu’il représente.

Sicilian Ghost Story

THRILLER – “Dans un village sicilien aux confins d’une forêt, Giuseppe, 13 ans, disparaît. Luna, une camarade de classe, refuse la disparition du garçon dont elle est amoureuse et tente de rompre la loi du silence. Pour le retrouver, au risque de sa propre vie, elle tente de rejoindre le monde obscur où son ami est emprisonné et auquel le lac offre une mystérieuse voie d’accès. SICILIAN GHOST STORY revisite le mythe de Roméo et Juliette dans le monde impitoyable de la mafia.“

Aux paysages pittoresques siciliens, Sicilian Gst Story revisite la célèbre tragédie shakespearienne mais arrive à s’en détacher pour écrire sa propre histoire. Entre thriller, drame amoureux et fable fantastique, le film frôle les genres sans jamais dépasser la limite et c’est tout à son honneur.

Pororoca, pas un jour ne passe

DRAME – “Cristina et Tudor Ionescu forment une famille heureuse avec leurs deux enfants, Maria et Ilie. Ils ont la trentaine, vivent dans un bel appartement en ville. Il travaille dans une entreprise de téléphonie, elle est comptable. Un dimanche matin, alors que Tudor se trouve avec les enfants au parc, Maria disparaît.”

Elle était là, puis pouf pouf a disparu

JE VOUS DECONSEILLE

Midnight Sun

ROMANCE – “Katie Price, 17 ans, est une adolescente comme les autres, ou presque. Elle ne peut en aucun cas être exposée à la lumière du jour, sous peine d’en mourir. La journée, elle compose et joue de la guitare, et observe le monde depuis sa chambre, notamment Charlie Reed, son voisin.

À la nuit tombée, ses rêves prennent vie ! Elle sort chanter dans la gare près de chez elle. Un soir, elle se retrouve face à Charlie. Lui est instantanément sous le charme et se met en tête de la revoir… Pourront-ils s’aimer au grand jour ?”

Un teen movie classique comme on a déjà vu ces dernières années sur une histoire d’amour “impossible”. Pas de grand renouveau, à part peut-être le choix de la maladie, l’hypersensibilité au soleil.

Comment tuer sa mère

COMEDIE – “Dans la famille Mauret, les trois enfants n’avaient certainement pas demandé une mère aussi odieuse, déjantée… et dépensière ! Pour Nico, l’ainé, qui les entretient tous, c’en est trop ! Il propose à Ben, son jeune frère fainéant, et à Fanny, sa sœur complètement dépassée, une solution radicale : assassiner leur mère pendant le traditionnel déjeuner du samedi…”

Féminicide (et pas drôle)