rédaction
EDITO

Une rentrée scolaire catastrophique

Catastrophique, le mot reste encore trop faible pour décrire cette rentrée scolaire. L’annonce du confinement à quelques jours de la rentrée et l’absence de consignes claires de la part du ministère ont rendu impossible la mise en place d’un protocole sanitaire strict dans les lycées. 

Jean Michel Blanquer semble dépassé par les événements. L’amateurisme du gouvernement vient directement mettre en danger les élèves et le personnel éducatif. L’absence de mesures claires ne permet pas de stopper l’avancée du virus. 

La situation est urgente, si l’exécutif n’agit pas vite, les collèges et lycées vont devenir des foyers de contamination et fermer les uns après les autres. Il n’y aurait pas pire aveu de défaite de la part de Jean Castex que l’annonce prochaine de la fermeture des établissements scolaires. 

Ces établissements sont des lieux essentiels et leurs fermetures doivent être évitée. 

L’urgence doit être au dédoublement des classes afin d’éviter le brassage des élèves et de respecter les mesures de distanciations physiques. Il faut donc dans un premier temps créer des petits groupes qui viennent un jour sur deux afin de limiter le nombre d’élèves dans l’établissement. 

Le dédoublement de classe ne doit pas s’arrêter en même temps que la pandémie. Afin de ratrapper le retard accumulé depuis près d’un an, il faut mettre en place toutes les conditions nécessaires afin de diminuer les effectifs par classe à la prochaine rentrée. Dès maintenant, le gouvernement doit ouvrir les places aux concours. Formons et recrutons les enseignants de demain afin de ratrapper le retard accumulé. Voici ce qui devrait être l’une des priorité du gouvernement. 

Les mobilisations lycéennes du début de semaine ne sont qu’au balbutiement. Nous refusons d’être la génération sacrifiée. Tout doit être mise en oeuvre pour que la crise sanitaire ne se transforme pas en crise scolaire et sociale. Nous continuerons de nous mobiliser tant que le gouvernement ne nous aura pas écouter.