Rédaction | Avant Garde
Vivre ensemble

10 raisons pour les jeunes de voter Fabien Roussel

Depuis plusieurs semaines maintenant, Fabien Roussel, candidat à l’élection présidentielle, suscite de plus en plus d’enthousiasme, notamment chez les jeunes. Et pour cause, son programme présente des propositions répondant clairement aux besoins et aspirations de la jeunesse. Parmi ces propositions, Avant-Garde en a sélectionné dix, autant de raisons pour les jeunes de voter Roussel.

La sélection à l’entrée de l’université supprimée

Alors qu’Emmanuel Macron nous parle de son projet de rendre l’université payante, nous y opposons le projet d’un enseignement supérieur gratuit, développé et accessible à toutes et tous sans autre condition que le diplôme requis. 

C’est pourquoi le programme de Fabien Roussel revendique la fin de Parcoursup. Une plateforme qui accentue toujours plus les inégalités et pénalise les jeunes issu·e·s des classes populaires. Pour garantir un accès à toutes et tous à l’université, il faudra aussi garantir le même enseignement à tous les lycéens et toutes les lycéennes de France. Les réformes du lycée et du baccalauréat seront abrogées. Ainsi, le bac redeviendra un diplôme national et de même valeur sur tout le territoire.

La rémunération au SMIC pour les jeunes en alternance

Le programme de Fabien Roussel condamne toute rémunération en dessous du salaire minimum. Cette mesure s’applique donc aussi à toutes et tous les jeunes en alternance. Aujourd’hui, les alternantes et alternants sont sous-rémunéré·e·s. Alors qu’ils et elles produisent un travail égal et gèrent en parallèle leurs études.

La fin des contrats précaires

Aujourd’hui les contrats précaires tels que les CDD ou encore l’intérim sont des emplois qui pénalisent particulièrement les jeunes. Un grand nombre d’entre elles et eux doivent enchaîner les emplois de courte durée, souvent mal rémunérés avec des horaires difficiles. Face à cette réalité, le PCF demande la fin des contrats précaires, la norme doit être le CDI.

Cette mesure va de pair avec la création d’un service public de l’emploi et de la formation. Il permettra à chaque jeune de se former dans la filière de son choix qui aboutira à un emploi.

L’embauche des jeunes et la fonction publique

En France, les jeunes sont les plus durement touché·e·s par le chômage. Il est urgent de lutter contre cette situation qui les plonge dans la précarité. Pour contrer ce problème, un plan d’embauche pluriannuel s’instaurera dans la fonction publique. Ce plan permettra à de nombreux jeunes d’accéder à un emploi stable en passant par une période de formation rémunérée comme fonctionnaire stagiaire.

Aussi, les entreprises devront réserver 10 % de leurs nouvelles embauches aux jeunes pour conserver leurs aides publiques.

L’ouverture RSA pour les moins de 25 ans

En prenant en compte tous les éléments qui constituent la situation actuelle. Il apparaît comme une nécessité d’ouvrir immédiatement le RSA aux moins de 25 ans. En effet, il n’est pas question qu’une personne ne puisse pas bénéficier de la solidarité en raison de son âge.

Le temps de la mise en place des mesures sur l’embauche des jeunes, personne ne doit être laissé de côté par la République.

Les maisons de la jeunesse

Pour que l’avis des jeunes soit entendu et écouté, des maisons de la jeunesse verront le jour. Elles auront pour but de créer des lieux d’échange entre les jeunes. Elles seraient également un dispositif permettant l’accès à la culture et au sport. Mais ces maisons des jeunes seront surtout le moyen de faire vivre la démocratie avec la création de conseils de jeunes. Leurs représentantes et représentants siègeront dans une instance nationale paritaire et démocratique relevant du ministère de la Jeunesse. Ainsi, la voix des jeunes portera et comptera dans les politiques locales et nationales.

L’accès à la culture et au sport

Afin que chaque jeune puisse pratiquer un sport ou pouvoir enrichir sa culture artistique, des heures dédiées se développeront dans l’enseignement. Et cela de la maternelle à la terminale. Payer une licence dans un club de sport, aller voir un film au cinéma, assister à un concert et bien d’autres points encore n’est accessible qu’aux personnes en ayant les moyens. Ecartant encore une fois les jeunes des classes populaires.

Dans l’enseignement supérieur, des heures dédiées à la culture ou au sport apparaîtront.

Le droit à la mobilité

Pour avoir accès à la culture, au sport, pour se rendre sur son lieu d’études ou de loisirs, le droit à la mobilité est essentiel. Mais il représente une source de dépense trop importante pour la plupart des jeunes.

Le programme de Fabien Roussel revendique la gratuité de tous les transports en commun urbains. Mais également des TER pour toutes et tous les jeunes de moins de 25 ans. Pour que cette mesure soit complète, nous demandons également la gratuité du permis de conduire. Dont les prix sont beaucoup trop élevés pour la majorité des jeunes.

Pour un véritable droit au logement

Aujourd’hui encore, le droit à un logement décent est illusoire. Pourtant, le logement constitue un des piliers majeurs de l’émancipation des jeunes quittant le foyer familial. 

L’état actuel des résidences étudiantes du CROUS est déplorable. Au-delà du nombre de places bien insuffisant, les étudiantes et étudiants qui y vivent peuvent être confronté·e·s à l’insalubrité, aux nuisibles, aux coupures de courant et autres désagréments. Il est urgent de mettre des moyens dans les structures déjà existantes comme le CROUS afin de permettre la rénovation et la construction de nouvelles résidences étudiantes. Fabien Roussel propose de tripler le nombre de places dans ces résidences, passant ainsi de 175 000 à 525 000 places.

Les problèmes de logement ne concernant pas seulement les jeunes en études. De nouveaux foyers de jeunes travailleurs et travailleuses seront construits. Les bailleurs ne respectant pas l’encadrement des loyers auront des sanctions.

La création d’un revenu étudiant

Enfin, pour que plus aucun jeune ne soit contraint d’arrêter ses études par manque de moyen, pour mettre fin au salariat étudiant, pour que les étudiantes et étudiants n’aient pas besoin de recourir à l’aide alimentaire, nous devons créer un véritable revenu étudiant.

Ce revenu étudiant sera bien supérieur à l’échelon maximum des bourses sur critères sociaux qui ne dépasse pas 580 € par mois. Il sera dans un premier temps à hauteur de 850 € par mois. Cumulable avec d’autres aides, il concerne tous les jeunes en se basant sur leur situation. Non sur celle de leurs parents. Un investissement massif dans les services du CROUS ira de pair avec ce revenu étudiant pour garantir à chaque étudiante et étudiant une qualité de vie digne et permettant la réussite des études.

Ce sont toutes ces raisons qui font de Fabien Roussel le candidat répondant le mieux aux besoins et aspirations des jeunes. Après avoir affirmé qu’il fera de la jeunesse une priorité, nous avons sous les yeux toutes ces revendications qui assurent à l’avenir de notre pays, une qualité de vie digne et épanouissante.