Rédaction | Avant Garde
CULTURE

Comment les sandinistes ont révolutionné le Nicaragua depuis 42 ans, malgré Washington

Le 19 Juillet 1979 le Nicaragua se libérait d’une sanglante dictature militaire soutenue par les Etats-Unis et chassait ainsi du pouvoir le clan Somoza qui régnait d’une main de maître depuis 1937 en spoliant les richesses du pays.

Une révolution en marche contre la dictature militaire et les Etats-Unis

Pour rappel le 21 Février 1934, Augusto Sandino, leader socialiste de la guérilla Sandiniste, qui avait combattu la dictature militaire et les troupes Américaines entre 1927 et 1933, était assassiné par la garde nationale commandée par Tatcho Somoza sur ordre de l’Ambassade Américaine.
Il était en phase de remporter les élections de 1935 suite à l’accord de Paix conclue le 2 Février 1933 avec le Président Sacasa.
Ainsi le 19 Juillet 1979 le Front Sandiniste poursuivait l’œuvre de Sandino (celui que le poète Henri Barbusse nomma le Général des femmes et des hommes libres) en entrant triomphalement à Managua et en poussant vers la sortie le clan Somoza qui s’envolait vers les Etats-Unis en portant dans ses bagages le trésor national.

Les Etats-Unis plongent le pays dans la guerre civile

Dans le contexte de guerre froide, les Etats Unis refusèrent l’installation d’un régime socialiste en Amérique centrale et financèrent et entrainèrent très vite une armée de mercenaires pour reprendre les rênes du pouvoir perdu.
Les Contras qui semèrent la terreur et la désolation en tuant près de 100 000 civils.
A cette déstabilisation militaire s’ajoute une campagne de propagande féroce de la part de la presse Américaine et de ses alliés Occidentaux. Par exemple, en 1988 le Figaro publie des photos truquées expliquant que les Sandinistes feraient subir un massacre aux indiens Moskitos alors que ces derniers avaient été massacrés par les contras.
En 1989, après 10 ans de guerre civile, un accord est conclu à Tela prévoyant la démobilisation des guérilleros du FSLN et des Contras.

Santé, éducation, réforme agraire : les progrès apportés par le sandinisme

Les premières mesures prises par les Sandinistes lors de leur arrivée au pouvoir en 1979 furent la santé et l’éducation gratuite.
En 1979, 64% de la population était analphabète, le taux d’analphabétisme a été ramené à 12% en 1990.
En 10 ans plus de 1000 dispensaires furent créés dans tout le pays.
Les grands propriétaires terriens sont dépossédés, des Terres agricoles sont restituées aux paysans à travers la création de très nombreuses coopératives agricoles.

L’arme de l’embargo provoque le retour des libéraux

Les Etats Unis, n’ayant pu reprendre la main militairement, accentuent la pression économique avec l’aide de la bourgeoisie locale en imposant au Nicaragua un embargo et des sanctions économiques.
Preuve de ce chantage éhonté, George Bush déclarait même le 15 Janvier 1990 que si le peuple du Nicaragua votait bien, ce serait la fin de la misère, la fin de la violence et que les dollars arriveraient : vos enfants ne feront plus de service militaire et vous retrouverez la paix.
Les sanctions économiques et les meurtres à répétition de leaders sandinistes entrainèrent une lassitude de la population. Ainsi le 25 Janvier 1990 les Sandinistes perdirent les élections, ce fut le retour au pouvoir des libéraux.

Le retour des Sandinistes et du progrès social

Le 5 Novembre 2006, après 16 ans de politique libérale et grâce à l’action de tous les Sandinistes, Daniel Ortega remporte les élections présidentielles.
La première décision du gouvernement Sandiniste fut de remettre la santé et l’éducation gratuites.
Le taux d’analphabétisme était de 26% au retour au pouvoir de Daniel Ortega. En l’espace de 2 ans à travers la mise en place d’une politique d’alphabétisation le taux d’alphabétisation fut ramené à moins de 5 %.
En 2015 le pays atteint l’autosuffisance alimentaire grâce au système des coopératives.
L’OMS a même salué le fait que le Nicaragua dispose de l’un des meilleurs systèmes de santé d’Amérique Latine avec la construction de 20 nouveaux hôpitaux modernes depuis 2007. Le taux de mortalité infantile ayant été ramené de 14,3% en 2006 à 4,8% en 2018.
A travers leur politique de lutte contre la pauvreté et de nombreuses avancées sociales, les sandinistes ont remporté très largement les deux dernières élections présidentielles en 2011 et 2016. Les sondages indiquent que les Sandinistes devraient également l’emporter lors des élections présidentielles du 7 Novembre prochain.
Ainsi une nouvelle fois, l’Amérique Latine montre la voie prouvant qu’un autre modèle au système capitaliste est possible comme c’est le cas en Bolivie, au Venezuela et à Cuba, à savoir le Socialisme.