Pcf Nanterre
CULTURE

Décès de Lucien Sève : les communistes perdent un penseur et une figure historique

Lundi 23 mars, le philosophe communiste Lucien Sève est mort. De nombreux hommages se sont fait entendre.

Les hommages politiques

Fabien Roussel, secrétaire national du Parti communiste français, a immédiatement adressé ces mots :

« Lucien Sève, philosophe communiste est décédé. Emporté par le coronavirus, celui qui a irrigué le PCF de ses réflexions jusqu’à la fin de sa vie restera un intellectuel qui a fait vivre une pensée marxiste toujours d’actualité. »

Quelques heures plus tard, Fabien Roussel a complété son hommage dans un communiqué du PCF : 

« Lucien Sève : son œuvre, gigantesque et plurielle, restera une contribution majeure et précieuse. »

Le parti communiste retient notamment son engagement militant de professeur au cœur de la Guerre froide, son rôle au Comité central d’Argenteuil de 1966 qui marque un changement de la ligne politique du PCF dans le domaine culturel, son travail de direction de la maison d’édition communiste (éditions sociales). Il note également son Marxisme et théorie de la personnalité (1969), ses articles dans les revues la Nouvelle critique et La Pensée, sa polémique théorique avec Louis Althusser, sa tétralogie Penser avec Marx aujourd’hui, et son départ du parti qui ne rompt pas le dialogue avec les communistes, dont il garde l’ambition communiste.

La fédération des Bouches-du-Rhône a salué sa mémoire : 

« Sa présence active au sein de la direction fédérale du PCF dans les années 1960 à 80 a marqué des générations de militants. »

Marie-Hélène Amiable, maire de Bagneux, ville où il habitait depuis des années, a dit : 

« Je garde de lui sa simplicité et sa profonde humanité et ce sentiment, quand la conversation était terminée d’être devenue plus critique et intelligente. »

La revue « Cause commune », revue d’action politique du PCF, a souligné que Lucien Sève :

« laisse une œuvre majeure construite à partir des élaborations de Marx, mais aussi de Lénine qu’il tint toute sa vie durant en si haute estime. Penseur de la dialectique comme de la personne humaine, du communisme comme de la vacuité des “dons”, Lucien Sève n’aura eu de cesse de mener avec exigence et rigueur un travail théorique par-delà les modes et les conjonctures.

Toujours très disponible, il a donné plusieurs articles à notre revue et, avant cela, à La Revue du projet. Il a également préfacé le volume DÉCOUVRIR MARX tiré des publications de la revue. En hommage, nous renvoyons à ces textes. »

Les hommages du monde de la culture et du monde du travail

Le cinéaste Robert Guédiguian a réagi : 

« Un jour, j’ai voulu dire à Lucien Sève que j’avais rêvé d’être ce qu’il était : un intellectuel communiste… Il me répondit : tu as fait ce que je voulais faire… Tu as changé la vie… C’est le plus beau compliment que j’ai reçu d’un maître à un élève. »

Le syndicat CGT de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) a déclaré : 

« Outre son activité de philosophe marxiste, il a été longtemps membre du Comité consultatif national d’Éthique et avait travaillé avec la section INSERM du SNTRS CGT entre autres contre les tests génétiques lors des premières lois de Bioéthique ! Émotion et respect ! »

Le réseau-école du PCF a également salué la mémoire d’un « philosophe de l’émancipation et spécialiste des questions d’éducation ». Lucien Sève s’était d’ailleurs investi dans la revue pédagogique du PCF « L’École et la Nation ».

Les hommages dans la presse

Après quelques mots lundi, « L’Humanité » a consacré son édition du mardi 24 mars à Lucien Sève. L’édito de Patrick Le Hyaric exprime « La pensée communiste en deuil ».

« Regards » a publié un hommage de Roger Martelli, directeur de la rédaction : 

« une grande figure, très insuffisamment reconnue, du communisme et de la pensée critique ». 

Sur le plan des idées, il retient : 

« que l’abolition du capitalisme n’est rien sans la pensée de son dépassement, c’est-à-dire du processus qui conduit à sa disparition ; que l’histoire n’est pas une science des lois générales, au contraire plutôt une science de l’individu ; que Marx disait que l’émancipation de chacun était la condition de l’émancipation de tous, et pas le contraire ; qu’il ne servait à rien d’opposer forme et contenu, ou forme et structure, mais qu’il convenait de penser la formation, c’est-à-dire le processus construisant en même temps la forme, le contenu et la structure. »

Pour France Culture : « Lucien Sève, philosophe, est mort hier à l’âge de 93 ans, victime du Covid-19. Écoutez-le en 2009, dans “Les Chemins de la philosophie”, mettre en regard la pensée de Marx, sujet de sa vie, avec la crise financière qui venait de se produire ».

« Le Monde » reconnaît un « grand connaisseur de l’œuvre de Karl Marx, membre du PCF pendant plus de soixante ans, l’auteur a marqué l’histoire des idées de son courant de pensée qu’il a largement contribué à renouveler ».

Cependant, « Le Parisien » et « 20 minutes » ne retiennent essentiellement que son engagement politique.

Avant-garde salue la mémoire du philosophe marxiste et du militant communiste qui fut éditeur, dirigeant, formateur. Nous invitons les jeunes à se pencher sur l’œuvre philosophique plurielle de cet auteur marquant, avec l’esprit critique qu’il promouvait.