Rédaction | Avant Garde
EDITO

Deux visions du monde qui s’opposent

Mercredi dernier, les Etats-Unis ont racheté à un prix très élevé des millions de masques à destination de la France sur le tarmac d’un aéroport chinois. Cet acte abject de la part de la première puissance économique mondiale en dit long sur le projet de société qu’elle exporte à l’international.  

Ce n’est pas la première fois que les Etats-Unis font preuve de cynisme pendant cette pandémie. Alors que le monde traverse une crise sanitaire sans précédent, les Etats-Unis refusent de suspendre leurs sanctions internationales. C’est notamment le cas pour l’Iran, qui est un des pays les plus durement touchés par le coronavirus. L’embargo étasunien a des conséquences dramatiques pour le pays qui s’est retrouvé en difficulté pour importer certain médicaments. 

L’Iran n’est pas le seul à subir des sanctions de la part d’un gouvernement états-unien. C’est également le cas de Cuba. Depuis plus de soixante ans, les cubains subissent un blocus de leur voisin afin de faire  mettre un terme à la révolution cubaine. Cuba est pourtant à la pointe de la recherche médicale et la levée des sanctions pourraient permettre de faire avancer les recherches internationales sur le Covid-19. Il n’a d’ailleurs pas fallu attendre longtemps pour que Cuba envoie des médecins à travers le monde afin d’aider les pays à soigner leur population,suscitant ainsi la colère de Donald Trump. 

Alors que Cuba fait vivre la solidarité internationale, les Etats-Unis la détruise.  

144 kilomètres séparent Cuba des Etats-Unis et pourtant tout les oppose. D’un côté le modèle nord-américain basé sur l’individualisme et la recherche de profit, de l’autre, le modèle cubain centré sur la coopération et la solidarité. D’un côté les Etats-Unis qui imposent des embargos malgré le confinement et de l’autre Cuba qui le subit. D’un côté les Etats-Unis qui font jouer les lois du marché pour s’accaparer des masques et de l’autre Cuba qui envoie des médecins à travers le monde pour endiguer la crise sanitaire. 

Derrière ces deux visions des relations internationales, se sont deux projets de société qui s’opposent.  

La crise sanitaire lève le voile sur ce qui fait le socle de nos sociétés. Alors que la pandémie est désormais planétaire, nous voyons apparaître des comportements différents en fonctions des modèles politiques. La comparaison entre ces deux modèles doit nous faire réfléchir sur la société dans laquelle nous vivons actuellement mais surtout sur celle que nous voulons pour demain.