EditoAvant Garde | Rédaction
A LA UNE

Des suprémacistes à Donald Trump, l’extrême droite en action

L’attaque à la voiture bélier de manifestants anti-racistes venus dénoncer la célébration d’un général esclavagiste par un improbable mélange de tout ce que les Etats-Unis comptent de racistes a une fois de plus mis en lumière le caractère dangereux de Donald Trump.

Le rassemblement d’extrême droite sous le mot d’ordre Unite the Right (unir la droite) est la suite directe de l’élection de Donald Trump. Cet improbable assemblage de groupuscules aux origines diverses a pour principal dénominateur commun (outre un racisme assumé) une certaine admiration pour l’actuel occupant du bureau ovale.

Ce rassemblement d’individus armés arborant fièrement des symboles racistes et nazis s’est conclu par le lâche attentat d’un abruti nazillon jetant sa voiture dans des contre-manifestants.

Le président de la première puissance mondiale a donc fini une semaine de déclarations fracassantes en refusant de condamner l’assassinat d’une militante anti-raciste. Il avait précédemment menacé deux pays d’invasion dans la même semaine.

Si l’escalade verbale entre la Corée du Nord et les Etats-Unis a focalisé l’attention et les commentaires, il a été moins souligné que dans le même temps Trump a ouvertement menacé militairement le Venezuela.

Il est désormais habituel pour les Etats-Unis de ne pas être dirigés par des pacifistes. Il est en revanche surprenant que le président menace aussi clairement (et sur Twitter !) des pays d’invasion.

Alors qu’il avait fait en partie campagne sur la lassitude des américains vis à vis des interventions militaires, il semble que depuis les frappes qu’il avait ordonné en Syrie, il ait changé d’avis.

Aujourd’hui la France en étant membre de l’OTAN se retrouve liée aux décisions absurdes d’un individu qui s’avère incapable de savoir qui est la victime entre le conducteur d’une voiture bélier et ceux qui sont percutés. La France se trouve liée aux décisions d’un homme qui raisonne en 140 caractères y compris en matière diplomatique.

Il est plus que jamais nécessaire de quitter cette alliance impérialiste. La France doit faire vivre la voix de la paix en refusant de s’associer aux menaces d’un président des Etats-Unis lié à l’extrême droite.

Rédaction
Collectif de rédaction d'Avant Garde