Rédaction | Avant Garde
EDITO

Engageons-nous pour une coupe du monde 2022 en France

Dans un an presque jour pour jour, le coup d’envoi de la coupe 2022 pourrait retentir à Doha, au Qatar. Première dans l’Histoire de la Coupe du Monde, la compétition se tiendra à la fin de l’année civile au mépris des saisons régulières. De nombreuses voix se sont exprimées en faveur d’un boycott et pour cause la tenue de la coupe du monde au Qatar est inadmissible à plusieurs titres. 

Premièrement, c’est une insulte au football et aux compétitions régulières. Au moment charnière des saisons régulières, ou les écarts commencent à se creuser entre les clubs, les saisons seront totalement bouleversées par la tenue de la compétition reine. 

Deuxièmement, cette coupe du monde est un scandale social. La construction des stades s’est faite au prix de plus 6 000 vies et d’une exploitation inhumaine de travailleurs. 

Troisièmement, organiser une telle compétition en plein désert est un scandale environnemental. Afin de diminuer la chaleur dans les stades, le Qatar prévoit de mettre en place des climatiseurs au sein même des stades. 

Enfin, donner une vitrine à un pays qui ne respecte pas le droit des femmes et qui entretient des relations avec des organisations islamistes telles que les talibans est tout bonnement scandaleux.

Ce que nous redoutions est arrivé : le football se retrouve au milieu d’enjeux géopolitiques dépassant de loin l’amour du sport. 

Que faire ? Nous ne pouvons cautionner cela. Nous ne pouvons laisser le football à la merci de puissances étrangères et des lois de l’argent. Le football appartient aux supporters et aux joueurs et à personne d’autre. Non seulement, il n’est pas concevable que l’équipe de France participe à cette mascarade mais aucune équipe ne le doit. 

La France, championne en titre, doit prendre ses responsabilités. Reportons la compétition, organisons la Coupe du Monde six mois après ici en France. Le temps nécessaire pour l’organisation d’une telle compétition tout en respectant les saisons régulières. Nous avons les infrastructures, nous avons l’espace, et surtout nous avons l’amour du football et du beau jeu. 

J’appelle la France à organiser une réunion d’urgence de la FIFA  afin de débattre de cette solution.

Mieux qu’un boycott, reprenons la main sur le football.