PCF
FRANCE

Fabien Roussel à la Fête de l’Humanité pour une “France libérée, délivrée du capitalisme”

La Fête de l’Humanité, c’est des concerts, des débats, des projections, du théâtre, des dizaines de stands, de la boisson et de la nourriture mais également un grand meeting politique. Le secrétaire national du PCF, Fabien Roussel, a ainsi pris la parole pendant une vingtaine de minutes devant plusieurs milliers de militants communistes et de festivaliers. 

Le député du Nord est monté sur la grande scène sous un soleil de plomb accompagné de la direction du Parti communiste français ainsi qu’une trentaine de jeunes communistes dont leur secrétaire général Léon Deffontaines.  Commençant par rappeler que nous fêtons cette année les 75 ans de la libération de la France, le dirigeant communiste a rappelé les grands principes portés dans le programme du Conseil National de la Résistance. L’occasion pour Fabien Roussel d’appeler à une France “libérée, délivrée du capitalisme et de la dictature de l’argent”

Le patron du parti de la place du colonel Fabien a ainsi profité de ce lancement pour dérouler cinq propositions. 

Dénonçant les conditions toujours dégradées du salariat, pour les jeunes, les femmes, les précaires, la première proposition était ainsi sur les réformes des retraites. Appelant à rejoindre les cortèges du 24 septembre prochain pour s’opposer à la réforme des retraites, il a demandé à ce que les revenus du capital soient assujetti aux cotisations sociales afin de financer le système des retraites. Sur les retraites, le secrétaire national du PCF a revendiqué qu’aucune pension ne soit inférieure à 1500 € ainsi que le retour de l’âge légal de départ à 60 ans. 

Poursuivant son discours, Fabien Roussel a dénoncé l’enrichissement des plus riches. Il a notamment souligné que les 500 familles les plus fortunées s’étaient accaparées 130 milliards d’euros supplémentaires sur le dos des travailleurs en deux ans. Constatant que cette somme correspond à 22 % d’augmentation de leur fortune, le nordiste a demandé à ce que les salaires et les pensions soient revalorisés d’autant. La deuxième proposition du PCF, une augmentation de 22 % des salaires et pensions, a été accueillie sous les applaudissements enthousiastes des militants et des festivaliers. 

La troisième proposition mise en avant par Fabien Roussel est la suppression du chômage. Pour cela le secrétaire national du PCF demande un plan de reconquête industrielle, pour la création d’un million d’emploi. Toutefois, le dirigeant communiste a pris soin de souligner l’aspect écologique d’une réindustrialisation évitant les dizaines de milliers de kilomètres parcourus aujourd’hui par les marchandises. Le député a également apporté un soin particulier à souligner que les emplois ainsi créés aient un sens pour celles et ceux qui les occupent. 

Le climat a été l’objet de la quatrième proposition. Fabien Roussel a fait sien l’objectif d’atteindre la neutralité carbone en 2050. Pour y arriver, il demande ce que la France investisse 100 milliards d’euros supplémentaires dans la transition énergétique. Somme considérable, qu’il veut aller chercher dans l’évasion fiscale et dans la création monétaire de la BCE. Pour justifier cette revendication le secrétaire national du PCF, qui entend “lier l’urgence climatique avec l’urgence sociale”, dénonce que 50 % de la pollution soit le fait des 10 % les plus riches. Il a également rappelé la lutte contre la fermeture du train des primeurs, réclamant que la part du ferroviaire dans le transport de marchandises soit doublée. Le député du nord a conclu ce plaidoyer pour l’écologie en pointant la nécessité d’un changement de société et en appelant à manifester les 20 et 21 septembre. 

La cinquième proposition est la tenue d’une conférence internationale contre la fraude fiscale sur le modèle des conférences sur le climat afin de reprendre le pouvoir sur les multinationales. 

L’occasion pour le dirigeant communiste de demander à ce que l’ONU retrouve son rôle. Le prétexte également de demander le désarmement nucléaire dénonçant notamment le programme de modernisation de l’arme nucléaire entrepris par la France qui coûte 14 millions d’euros par jour. Le député du Nord a rappelé sous les applaudissement nourris le refus que de nouveaux missiles nucléaires américains soient installés en Europe. 

Le dirigeant communiste n’a pas manqué non plus de mentionner le prochain scrutin appelant à une alliance à gauche pour faire barrage à la “dictature de l’argent”. Il a également lancé un appel aux citoyens français à s’engager dans les syndicats, les associations, le parti communiste et le mouvement des jeunes communistes. Saluant le centenaire de ces deux organisations l’année prochaine, il a réitéré son appel à l’adhésion avant de conclure sur une citation de Jacques Prévert : 

“Plus tard, il sera trop tard

Notre vie c’est maintenant”

Rédaction
Rédaction
Collectif de rédaction d'Avant Garde