Rédaction | Avant Garde
CULTURE

Fête de l’Humanité, nos conseils cultures

La Fête de l’Huma ce n’est pas que des concerts. Des dizaines de temps culturels sont proposés sur les divers espaces de la fête, voici mes conseils pour profiter du week-end.

Vendredi

Cinéma

14h – En Guerre de Stéphane Brizé (Humacumba)

Malgré de lourds sacrifices financiers de la part des salariés et un bénéfice record de leur entreprise, la direction de l’usine Perrin Industrie décide néanmoins la fermeture totale du site. Accord bafoué, promesses non respectées, les 1100 salariés, emmenés par leur porte‑parole Laurent Amédéo, refusent cette décision brutale et vont tout tenter pour sauver leur emploi.

“En Guerre est un film documenté, qui montre avec justesse toutes les contradictions qu’il existe dans les mouvements de contestations, les réunions intersyndicales et les mécanismes de luttes. En effet, on peut voir le représenté nombreux syndicats existants réellement dans le film (CGT, FO, CFDT), les divergences qui les opposent et ce qui les unit.”

Retrouvez la suite de la critique ici !

19h – Mélancolie Ouvrière de Gérard Mordillat (Humacumba)

Lucie Baud (Virginie Ledoyen) est une figure oubliée de la lutte ouvrière. À travers une fiction engagée et émouvante, Gérard Mordillat, s’appuyant sur le travail de l’historienne Michelle Perrot, retrace le destin d’une des premières femmes syndicalistes, féministe avant l’heure.

“Le film de Mordillat représente réellement un intérêt historique, et l’histoire de Lucie Baud doit être mise en avant, et c’est ce que le réalisateur réussit en partie à faire. Dans sa manière de filmer les gestes des ouvrières, le film est quasi-documentaire, rendant un bel hommage à ces travailleuses.”

Retrouvez la suite de la critique ici !

Hommages

17h20 – Humacumba

Hommage à Jacques Higelin avec la projection du documentaire INA “Portrait Francophone”.

Le documentaire suit le comédien chanteur Jacques HIGELIN, dit CRABOUIF, au gré d’une balade dans des lieux qui lui ressemblent. Au cours de la promenade, il répond à une interview sur un ton libre et naturel, sur sa façon d’appréhender la vie, sur ses choix artistiques, et interprète seul ou avec des proches, quelques-unes de ses chansons.

Ainsi, on retrouve Jacques Higelin avec son fils Arthur dans la cuisine d’un appartement au désordre sympathique, où il chante sa chanson « Hi Nini » accompagné à la guitare. Puis, il s’exécute dans un numéro d’artiste de rue à Montmartre avec son acolyte, le comédien Christian PORTAL, dit « Coyote ». Dans un studio d’enregistrement, il chante avec le musicien Areski BELKACEM, et dans un théâtre il interprète sa chanson « Cet enfant que je t’avais fait » avec sa complice Brigitte FONTAINE.

Auteur-compositeur et interprète, Jacques Higelin – décédé cette année – était un artiste engagé qui s’est produit plusieurs fois à la Fête de l’Humanité. De nombreux hommages seront organisés cette année à la Fête de l’Humanité. Son fils Arthur H se produira d’ailleurs sur le stand des amis de l’Humanité.

20h – Les amis de l’Humanité

Hommage à Jack Ralite à travers la projection de “Rouge Tendre” de Yves Jeuland, suivi d’une discussion animé par Marie-Jo Sirach, cheffe du service culturel de l’Humanité.

Il était de ces communistes qui ont marqué l’histoire. Jack Ralite a été maire d’Aubervilliers, député de Seine Saint Denis, ministre délégué chargé d’emploi et ministre de la santé sous Mitterrand. Ralite était aussi un homme de culture, ainsi lui rendre hommage à la Fête de l’Humanité semble inévitable. Engagé pour l’exception culturelle, il s’était battu contre les accords de libéralisation du commerce. Jact Ralit c’était la pensée, la poésie, la politique.

Samedi

Arts Vivants

12h – 1336 (Paroles de Fralibs) (Scène Arts Vivants Jack Ralite)

Il a fallu près de quatre ans de lutte contre la multinationale Unilever avant que les ouvriers de Fralib n’arrivent à sauver leur usine et leurs emplois. Dans le contexte actuel d’économie financiarisée, les Fralibs, 40 ans après les Lip, se lancent dans l’aventure d’une nouvelle expérience d’autogestion. Dans une langue à la fois colorée et simple, les ouvriers racontent eux-mêmes, par la voix de Phillipe Durand, leur histoire avec Unilever ; celle d’ouvriers, attachés à leur travail, à leur usine, à l’humain dans l’entreprise, des ouvriers qui ne veulent pas céder.

Avant d’être le thé qu’on achète sur les fêtes militantes et en manif, 1336 est l’histoire d’une lutte, d’une grève qui a duré 1336 jours. En effet, les ouvriers et ouvrières de l’usine FRALIB-éléphant se sont mis en grève pour empêcher la fermeture de leur usine. Dans un seul en scène, Philippe Durand raconte l’histoire de la création d’une marque aussi militante qu’historique.

Carte Blanche

14h – Carte Blanche à Costa-Gavras (village du livre)

Réalisateur engagé et actuel directeur de la cinémathèque française, on peut retenir de la filmographie de Costa-Gavras le film “Z” qui dénonce la répression du communisme dans une ville méditerranéenne. Il est également connu pour proposer une réflexion autour du pouvoir dans ses films. Compte-tenu de tous ses éléments, l’exercice de la carte blanche pour Costa-Gavras nous semble digne d’intérêt.

Cinéma

14h – Libre de Michel Toesca (Humacumba)

Ce film est l’histoire du combat de Cédric et de tant d’autres. La Roya, vallée du sud de la Francefrontalière avec l’Italie. Cédric Herrou, agriculteur, y cultive ses oliviers. Le jour où il croise la route des exilés, il décide, avec d’autres habitants de la vallée, de les accueillir. De leur offrir un refuge et de les aider à déposer leur demande d’asile. Mais en agissant ainsi, il est considéré hors la loi… Michel Toesca, ami de longue date de Cédric et habitant aussi de la Roya, l’a suivi durant trois ans. Témoin concerné et sensibilisé, caméra en main, il a participé et filmé au jour le jour cette résistance citoyenne.

C’est un simple geste de solidarité qui a conduit Cédric Herrou en prison. Jugé pour délit de solidarité dans un procès impensable. Face aux politiques anti-migratoires des gouvernements français et d’Europe, ce documentaire porte intérêt et ceux et celles qui tentent de résister à ces mesures d’austérité.

19h20 – L’Etat contre Mandela et les autres de Nicolas Champeaux et Gilles Porte (Humacumba)

Réalisé à partir d’archives audio du procès de Rivonia, ce documentaire met en lumière le courage exemplaire de Mandela mais aussi de ses camarades pour une avancée historique de la justice !

Le procès de Rivonia eu lieu entre 1963 et 1964. Ce dernier impliquait des dirigeants du Congrès National Africain jugé pour 221 actes de sabotages, de destruction de bien et de violation sur l’interdiction du communisme. Parmi ces dirigeants ont retrouvé Nelson Mandela, Walter Sisulu, Ahmed Kathrada, Govan Mbeki, Dennis Goldberg, Raymon Mhlaba, Lionel Bernstein, James Kantor, Elias Motsoaledi et Andrew Mlangeni. Ce documentaire raconte donc l’histoire d’un procès historique et met en avant les figures du CNA derrière Mandela.

Dimanche

Arts Vivants

14h30 – Marx et Jenny (Scène Arts Vivants Jack Ralite)

Marx et Jenny c’est une plongée passionnante et surprenante dans la vie du philosophe allemand. Une vie de misère profonde, de travail, d’espoir et d’amour.

Audrey Vernon mêle avec brio humour et politique et nous dévoile une histoire d’amour sur fond de révolution philosophique. Elle réussit à traduire avec humour l’amour profond qui unissait cette famille, la vérité du quotidien derrière l’imagerie historique.

Marx et Jenny est un ovni qui allie douceur, évocation historique, humour grinçant.

Marx et Jenny est le premier One Marx Show jamais mis ene scène. Avec humour Audrey Vernon met en scène le trio Jenny Marx, Karl Marx et Friedrich Engels dans des histoires d’amour et d’amitié, de révolution et de rédaction.

Cinéma

13h – Coby de Christian Sonderegger (Humacumba)

Dans un village au cœur du Middle-West américain, Suzanna, 23 ans, change de sexe. Elle devient un garçon : Coby. Cette transformation bouleverse la vie de tous ceux qui l’aiment. Une métamorphose s’opère alors sous le regard lumineux et inattendu du réalisateur.

Un documentaire qui traite d’un sujet encore tabou à l’écran et dans la société. Le documentaire s’interroge alors au rapport à la famille et au corps. Le sujet est d’autant plus intéressant qu’il s’inscrit dans une Amérique rurale et oubliée, et qui est en plus, porteur d’espoir. Le sujet représente une sorte de pied de nez à l’actualité, le président Trump qui entend réduire les droits des transgenres à intégrer l’armée américaine a largement bénéficié des votes de l’amérique décrite par ce documentaire.

Lectures de textes de Karl Marx

Vendredi 14 septembre à 17h15 et 18h15 et Dimanche 16 septembre à 10h45

Lecture de textes de Karl Marx avec des comédiens, en partenariat avec les Editions sociales.

A l’occasion du bicentenaire de la naissance de Karl Marx (re)découvrez les oeuvres majeurs de Marx interprétez par des comédiens mais aussi des textes moins connus mais tout aussi intéressants. L’occasion de réviser ses classiques et de faire des découvertes.