rédaction
EDITO

Frédérique Vidal… Épisode 450 dans la série des annonces sans intérêt !

La Ministre de l’Enseignement supérieur s’est exprimée dimanche dernier dans les colonnes du journal “20 minutes”. Les modalités de la fin de l’année pour les étudiants et les étudiantes y étaient abordées, ainsi que la lutte contre la précarité étudiante.

Frédérique Vidal a annoncé une reprise à 50% pour les établissements d’enseignement supérieur en mai. Une mesure revendiquée depuis des mois par les organisations étudiantes et de jeunesse dont l’UEC.

Pourtant, cette annonce semble arriver comme un cheveu sur la soupe. La mise en application de cette mesure ne concernera que peu d’étudiants et d’étudiantes en réalité. En effet, la Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche semble mal connaître le calendrier étudiant. Hormis un faible nombre de formations, la majorité des étudiants et des étudiantes n’ont plus cours à cette période de l’année.

Cette reprise en demi-jauge aurait pu être intéressante si le droit à une seconde session était garanti pour l’ensemble des étudiants et des étudiantes et ce quelque que soit la note obtenue, accompagé de TD non-obligatoires pour les préparer. Alors qu’il y a aujourd’hui une sixième d’étudiants et d’étudiantes en décrochage, il n’en est rien.

Il s’agit une fois de plus d’un effet d’annonce dans la presse. Le Gouvernement annonce déconfiner le pays, la Ministre en miroir annonce déconfiner les universités, mais cela arrive bien trop tardivement dans l’année.

Pour réussir une rentrée à 100% en présentiel en septembre et éviter le fiasco de l’année dernière, il faut y mettre des moyens à la hauteur de l’enjeu tant pour rattraper le retard accumulé qu’assurer des cours de qualité. Il faut dès à présent recruter du personnel éducatif et administratif en nombre conséquent, réquisitionner et construire de nouvelles infrastructures.