Visuels de Ogra Shinn Fein
INTERNATIONAL

Irlande : Le «Yes » à l’avortement l’emporte largement !

Vendredi dernier les irlandais·e·s ont voté à 64% « oui » au référendum leur proposant de retirer l’article 8 de leur constitution.

Cet article interdisait de fait l’avortement, y compris en cas de viol, inceste ou malformation fœtale fatale. Le gouvernement a annoncé son désir de passer le texte de loi devant le parlement avant la trêve estivale. Celui-ci prévoirait l’avortement sans conditions jusqu’à 12 semaines et 24 semaines en cas de complications mettant en jeu la vie de la mère. Passées les étapes législatives et matérielles : autorisation des médicaments, créations de cliniques, etc., le droit à l’avortement devrait être effectif en janvier 2019.

85 % des jeunes se sont mobilis·e·s

La mobilisation des jeunes avait déjà été décisive en 2015 dans la campagne pour la légalisation du mariage gay lors d’un précédent référendum. Comme pour l’union entre personnes de même sexes, tous les partis politiques ont appelé à voter en faveur de la légalisation de l’avortement.

Seulement ce deuxième référendum ressort fort d’une unité qui n’était pas encore acquise en 2015, si trois circonscriptions avaient voté en majorité contre le mariage gay, le « oui » à l’avortement l’emporte dans toutes les circonscriptions, sans distinction entre ville et campagne.

Les député·e·s partisan·e·s du « non » ont annoncé en partie vouloir se ranger derrière l’avis populaire et voter la loi. Mary Lou Mcdonald présidente du Sinn Fein a quant à elle d’ores et déjà annoncé sa volonté de poursuivre la campagne en Irlande du nord où l’accès à l’avortement reste très compliqué.

Next up… Irish unity! #Repealed

Publicada por Ógra Shinn Féin en sábado, 26 de mayo de 2018

Dernier voyage

Jeudi et vendredi Twitter a été envahi par le hashtag  #HomeToVote, «à la maison pour voter ». Certains Irlandais n’hésitant pas à faire des milliers de kilomètres afin de voter pour la légalisation.

D’autres proposaient leurs voitures pour emmener celle et ceux pour qui le déplacement jusqu’au bureau de vote était impossible. Le nombre d’inscrits sur les listes électorales a lui aussi augmenté. C’est le dernier voyage pour l’accès au droit de disposer de son corps pour de nombreuses irlandaises.

Elles sont des centaines tous les ans à recourir à des avortements à l’étranger pour celles dont les moyens le permettent, se mettant en danger par des conditions sanitaires de voyages dangereuses. Pour les autres ce sont des associations qui font parvenir clandestinement des pilules abortives, prenant le risque de ne pas être secourues en cas de complications.

Pour toutes c’est la même sanction qu’elles encourent, en cas de découverte de l’avortement, elles risquent la prison.

Un pas en avant,  trois pas en arrières

« N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant. »

Les mots de Simone de Beauvoir restent d’actualité.

La victoire des Irlandaises doit nous donner l’espoir et nous pousser à lutter notamment pour les Polonaises toujours en lutte pour l’avortement et une contraception libre. Partout où les fascismes avancent les droits des femmes reculent. Notre vigilance doit être complète, notre combat total, nous devons affirmer sans relâche notre droit à disposer de nos corps, dans la loi et sur le terrain. En France cela passe par la défense du service public hospitalier, l’application effective des cours d’éducation sexuelle et affective et évidemment toujours par la lutte contre tout·e·s les réactionnaires.