MJCF 33
Social-Eco

La garantie jeunes : argument fallacieux contre le RSA pour les moins de 25 ans

Les jeunes communistes réclament la mise en place du RSA pour les moins de 25 ans mais l’ancien secrétaire d’Etat à l’Education et la jeunesse, Gabriel Attal, s’est exprimé contre. Il met notamment en avant la Garantie jeunes, un programme d’accompagnement à l’emploi destiné aux jeunes de 16 à 25 ans permettant de recevoir une allocation de 497 euros par mois.

Nous allons voir pourquoi mettre en avant la Garantie jeunes face au RSA pour les moins de 25 ans n’a aucun sens.

La garantie jeunes n’est pas un minima social

D’après le site « service-public.fr », la garantie jeunes permet d’accompagner les jeunes entre 16 et 25 ans en situation de grande précarité vers l’emploi ou la formation.

La personne signe un contrat d’engagement auprès de la Mission Locale pour 18 mois maximum et reçoit une allocation de près de 497€ par mois s’il suit son contrat.

En 2019, il y a eu 100 000 bénéficiaires.

Problème, la garantie jeunes n’est pas un minima social. C’est un programme d’accompagnement pour l’emploi. Si pendant un temps vous n’arrivez pas à trouver de stage, vous pouvez perdre votre allocation ! 

De plus cette mesure s’adresse aux personnes qui ne sont ni en emploi, ni en formation, quasi sans ressources et dont les parents ne peuvent pas les aider financièrement. Ce qui limite très fortement le nombre de bénéficiaires potentiels. Les jeunes diplômés en sont ainsi exclus. Enfin, après la fin du contrat qui dure 18 mois, cette allocation disparaît. Vous n’aurez plus de filet de sécurité si vous perdez votre emploi ou si vous avez un emploi précaire.

Nous pouvons aussi critiquer le fait que cette allocation de 497€ soumise à condition soit en dessous du RSA socle à 565 euros pour une personne célibataire. Cette allocation ne prend pas en compte la situation familiale et n’est pas majorée en cas d’enfants à charge.

Le gouvernement n’aime pas les minima sociaux

Pourquoi le gouvernement utilise-t’il ce dispositif pour refuser l’égalité d’accès au RSA pour les moins de 25 ans ? 

Tout simplement, le gouvernement ne veut pas de cette mesure. Plus généralement il ne veut pas une mesure qui ferait que plus de personnes pourraient toucher un minima social. Le gouvernement  juge ces politiques inefficaces, les comparants à des « trappes à inactivité » comme le disait Gérald Darmanin, ministre du budget et ancien membre du parti « Les Républicains ». Oubliant ainsi le rôle d’un minima social: garantir un revenu minimum aux citoyens. Un filet de sécurité financier pour permettre de rebondir.

Pour rappel, plus de  600 000 jeunes de plus de 18 ans vivent avec moins de 660 euros par mois.

La garantie jeunes est un dispositif imparfait mais qui a le mérite de cibler spécifiquement les jeunes ni en emploi ni en formation, les NEET selon l’acronyme anglais souvent utilisé (Not in Education, Employment or Training, ni en éducation, ni en emploi, ni en formation). Ce dispositif n’est toutefois pas incompatible avec le RSA. La privation d’emploi n’est pas uniquement une question monétaire pour les jeunes, personne ne s’épanouit dans l’inactivité contrainte. L’instauration du RSA pour les moins de 25 ans ne fera pas renoncer ces derniers à suivre une formation pour occuper un emploi derrière. 

Au contraire, ce minima social peut faire sortir d’une logique de survie un grand nombre de jeunes plongés dans la misère ou dans la dépendance familiale, pour leur permettre de construire leur avenir.

Rédaction
Rédaction
Collectif de rédaction d'Avant Garde