Rédaction | Avant Garde
EDITO

Les jeunes ont soif de justice, d’égalité et de fraternité.

Suite à l’émotion mondiale suscitée par le meurtre de Georges Floyd aux États-Unis, de nombreuses mobilisations ont eu lieu à travers le monde. 

En France, des centaines de milliers de jeunes battent le pavé, parfois pour la première fois, pour dénoncer les violences policières et racistes au sein de notre pays. 

La nouvelle génération montre sa soif de justice, de vérité, d’égalité et de fraternité. Les mobilisations massives de la jeunesse donnent une belle leçon de ce que sont les valeurs républicaines.

De son côté, le gouvernement dénonce un affront à la République et essaie d’instrumentaliser ces manifestations pour diviser les Français entre eux. Pourtant, qui bafoue les valeurs républicaines ? Les jeunes sortant dans la rue pour demander l’égalité ou le chef du gouvernement qui apporte un soutien aveugle à une police gangréné par la violence et un racisme endémique ? 

L’attitude du gouvernement est tout bonnement inadmissible. L’exécutif se contente d’être l’avocat des forces de l’ordre pardonnant même certains agissements criminels. Pire encore, lors de la manifestation de samedi dernier, l’attitude du préfet de police de Paris a directement porté atteinte à la République en interdisant le rassemblement et en laissant délibérément la mobilisation se dégrader. Pendant plusieurs heures, les autorités ont laissé un groupuscule fasciste provoquer la foule. Pour finalement les « interpeller » lorsque la situation aurait pu virer à l’affrontement sans pour autant les mettre en garde à vue.  

Ce ne sont pas les manifestants pacifistes qui mettent à mal la République, mais bien le silence complice de la préfecture et du gouvernement aux discours haineux de ces milices d’extrême droite. 

Le gouvernement tente de diviser les Français entre eux, mais cela ne parviendra pas à arrêter ce formidable élan républicain.