Palais du Luxembourg loi-travail-xxl-accord-droitePalais du Luxembourg CC0 | Domaine Public
FRANCE

Loi Travail XXL : accord entre la droite d’opposition et la droite de gouvernement

Ça a commencé comme une blague. Au milieu de l’été, sept députés et sept sénateurs sont entrés en commission. Mais la fin n’est pas drôle puisqu’ils se sont mis d’accord pour casser encore un peu plus le droit du travail.

La commission mixte paritaire est une instance, composé pour moitié de députés et pour moitié de sénateurs, chargée de trouver un consensus entre les deux chambres. Le sénat ayant une majorité différente de l’assemblée, on aurait pu penser l’opération compliquée. Cependant la droite et la majorité présidentielle ont réussi à trouver un accord hier.

Un loi d’habilitation peu modifiée

La droite sénatoriale semble avoir finalement renoncé à exister. Après s’être employé à écrire noir sur blanc les mesures que laissait deviner la loi d’habilitation et en rajouter quelques unes, elle s’est contentée d’une seule véritable modification pour approuver le texte de la majorité.

La première mouture de la loi d’habilitation, qui doit permettre au gouvernement de prendre les ordonnances, prévoyait d’autoriser le gouvernement à réviser le périmètre de l’appréciation du licenciement pour motif économique. La nouvelle version prévoit que l’appréciation de ce motif ne puisse se faire qu’à l’échelle de la France et du même secteur.

Autrement dit ce qui était fortement sous-entendu par la première version est confirmé par la seconde. Les travailleurs de France sauront apprécier à sa juste valeur le travail de clarification effectué par les sénateurs LR.

A noter que ces mêmes sénateurs sont à l’inverse montés au créneau pour défendre la réserve parlementaire.

Un sénat déjà conquis ?

La majorité présidentielle s’est bien entendu félicité de cet accord. Finalement ce soutien de la droite à une loi anti-social n’est guère surprenant. Le groupe LR à l’Assemblée n’avait même pas pris la peine d’appeler à voter contre.

Ceux-là même qui dénonçaient avec force le président il y a quelque mois et conspuaient leurs anciens camarades qui les ont trahis pour un ministère semble finalement être revenu à la raison. Il y a désormais un consensus chez les parlementaires de droite pour soutenir le Président dans sa croisade contre les droits des travailleurs.  

Le recomposition politique à l’oeuvre après avoir marginalisé durablement la gauche au parlement est en passe d’absorber totalement la droite. Ces derniers auront bien du mal à se maintenir en place en ayant pour unique bataille le maintien de systèmes clientélistes.

Il semble que Macron ait conquis le Sénat avant même les élections de septembre.

 

Rédaction
Rédaction
Collectif de rédaction d'Avant Garde