Rédaction | Avant Garde
FRANCE

Entretien avec Flore Madelin, candidate aux élections législatives à Paris

Dans le cadre de la campagne des élections législatives, nous donnons la parole aux candidats qui veulent porter la voix de la jeunesse, du progrès et de l’espoir.

Flore Madelin a 22 ans, elle est animatrice dans une association à Paris et elle donne des cours de Français Langues Étrangères à des adultes. Elle est candidate dans la 14e circonscription de Paris (sud du 16e arrondissement).

Avant Garde : Pourquoi es-tu candidate aux élections législatives ?

Flore Madelin : Pour faire entrer le peuple à l’Assemblée. Je n’ai pas découvert l’engagement et la politique avec ces élections, je suis engagée au PCF et au MJCF depuis 3 ans. Dans le 16ème arrondissement, où je suis candidate, je sais que la voie que nous proposons n’est pas majoritaire, c’est même difficile, mais c’est aussi pour montrer que partout une autre politique est possible, une politique progressiste, qui porte la voix du peuple et de la jeunesse. Contre la droite et l’extrême droite.

AG : Quels sont pour toi les grands chantiers du quinquennat à venir ?

FM : Une des premières priorités selon moi c’est le logement pour tous. L’accès à un logement décent sans se ruiner, en particulier pour les plus défavorisés, est un enjeu auquel il faut répondre en urgence.

Bien sûr il va aussi falloir s’opposer à la casse du code du travail, qui a déjà commencé dans le précédent quinquennat avec la loi travail. On sait que cela va se poursuivre, que c’est ce qui est prévu avec Macron et son gouvernement. De manière générale nous allons devoir affronter leur politique libérale.

AG : Et Pour les jeunes ?

FM : Comme pour les autres, il faut combattre la précarité. L’accès au logement est là aussi fondamental, tout comme la défense et le renforcement du droit du travail.

Pour les jeunes il y également le sujet de l’accès à la formation. Bien sûr, qui dit accès à l’éducation dit créer un revenu pour les jeunes qui se forment et améliorer les conditions d’accès au service public.

Dans l’Éducation Nationale aujourd’hui les inégalités sont énormes et sont particulièrement liées à notre environnement social et le territoire dont nous sommes issus. Les discriminations liées au territoire par exemple sont inacceptables. Quand on est scolarisé en REP, on ne bénéficie pas des mêmes moyens ni des mêmes opportunités qu’un autre élève. Notre objectif est de permettre à chacun d’étudier dans de bonnes conditions et de choisir, construire, son avenir comme il le souhaite.

AG : De nombreux jeunes sont déçus du résultat de l’élection présidentielle et de la politique gouvernementale qui s’annonce, quel message leur adresses-tu ?

FM : Je leur dis justement que pour s’opposer à cette politique de destruction, il faut voter pour des communistes qui, une fois à l’Assemblée, ne se coucheront pas devant le gouvernement. On va devoir se mobiliser pendant ce quinquennat, et le premier outil avec ces élections législatives c’est le vote.

Rédaction
Rédaction
Collectif de rédaction d'Avant Garde