onbougele12-entretien-calara-jaboulay-presidente-unlGween Herbin | Avant-Garde
Social-Eco

#onbougele12 Entretien avec Clara Jaboulay, présidente de l’UNL

Afin de préparer la rentrée, petit tout d’horizon des organisations de jeunes et des syndicats lycéens et étudiants. Aujourd’hui entretien avec Clara Jaboulay, présidente de l’UNL.

Peux tu présenter ton organisation ?

L’Union Nationale Lycéenne (UNL) est le syndicat national historique qui existe depuis plus de 20 ans et a pour but de défendre les intérêts et les droits des lycéennes et des lycéens ainsi que de promouvoir de nouveaux droits.

Que retires-tu de la nouvelle donne politique ?

Depuis mai le nouveau gouvernement met en place de nouvelles politiques en rupture avec le précédent gouvernement socialiste qui avait fait de la jeunesse sa priorité. Malgré la désillusion sur l’action du précédent gouvernement, on se rend compte que pour le nouveau la jeunesse n’est pas du tout une priorité.

La baisse des APL, la fin des contrats aidés, la future sélection à l’université, ou encore l’absence de ministère dédié semble montrer un désintérêt pour les jeunes de la part du gouvernement…

L’absence de ministère de la jeunesse est une vrai preuve de ce désintérêt. Aujourd’hui les politiques menées précipitent de plus en plus de jeunes dans la précarité. Les ordonnances de la Loi Travail XXL auront un impact sur les jeunes. La baisse de 5€ des APL n’est pas rien contrairement à ce qui a pu être dit. Pour un jeune 5€ par mois ça peut changer la vie, 5€ c’est à manger pour deux semaines.

Les politiques menées dans les lycées creusent les inégalités plutôt que de les résorber, notamment en prônant une autonomie financière des établissements. La mise en place de barrières à l’entrée de l’université alors que son accès est déjà compliqué pour beaucoup va également dans ce sens. On sait déjà aujourd’hui que majoritairement ceux qui ont accès à l’université sont ceux issu d’un milieu social plus favorisé.

Ces politiques font qu’au global les inégalités se creusent au sein de la jeunesse. Les jeunes savent aujourd’hui qu’ils seront la génération la plus précaire.

Quel est le programme d’action pour la rentrée ?

Pour la rentrée à l’UNL, énormément de sujets arrivent. Il y a la question de la hausse du coût de la vie et donc de l’enseignement. L’éducation devient de plus en plus inaccessible. Les problématiques de locaux dégradés, de matériels obsolètes demeurent et sont un frein à la réussite de toutes et tous.

C’est toujours les mêmes établissements qui sont privilégiés. C’est une question d’inégalité spatiale. Selon le quartier dans lequel on habite, on ira pas dans les mêmes lycées, et ces derniers ne bénéficieront pas du même financement et du même matériel. Tout à chacun n’aura pas la possibilité de réussir.

Il y a également la question de tous ceux qui sont restés sur le carreau en terme d’orientation, à la suite d’APB. 87 000 lycéennes et lycéens n’avaient pas eu de réponse à leurs premiers voeux, et en cette rentrée 2017, ce sont 6 000 jeunes qui se retrouvent sur le carreau

Nos axes pour la rentrée, seront la question d’un lycée de plus en plus inégalitaire et inaccessible pour certaines et certains ainsi que la question de l’accès à l’enseignement supérieur. Enfin la question de la loi travail sera également travaillée afin de défendre les jeunes qui arrivent sur le marché de l’emploi.

Le 12, Dans la rue ?

Nous avons déjà appelé à mobiliser lors de la première loi travail. Celle-ci n’est qu’une loi travail bis, renforcée. Bien évidemment l’UNL appelle le 12 les lycéens à se mobiliser et participer aux manifestations.

Rédaction
Rédaction
Collectif de rédaction d'Avant Garde