PCF
A LA UNE FRANCE

Université d’été du PCF : rencontre avec son directeur.

Le Parti Communiste Français a tenu ce week-end son Université d’été à Angers. A cet occasion, nous avons rencontré Guillaume Roubaud-Quashie, directeur de l’évènement.

Avant-Garde : Quels sont les objectifs de l’Université d’été ?

G. Roubaud-Quashie: L’université d’été a quatre objectifs:

– Tout d’abord celui de mieux comprendre ce qui arrive au monde, à la France et à nous. L’année écoulée a été sismique et bouscule les repères : il faut mesurer ce qui reste et ce qui a changé, au-delà des apparences.

– L’université a aussi pour objectif de nous permettre d’agir et de préparer les ripostes et les conquêtes.

– Elle sert encore à être meilleurs sur le plan du militantisme. Un tiers des ateliers étaient consacrés à la formation sur le numérique. On ne peut pas dire que nous sommes en retard là dessus mais d’autres ont progressé plus vite que nous.

– Enfin le PCF a pour ambition l’éducation populaire: faire partager les sciences, les arts, etc. On est les seuls à le faire parmi les organisations politiques: travailler à ce que le grand nombre puisse profiter de tout ce qu’il y a de beau.

A-G : Des dizaines de camarades ont répondu à l’appel du Parti, comment as-tu géré l’organisation d’un tel événement ?

G.R-Q: C’est une grosse machine qui fonctionne avec des moyens financiers qui ne sont pas considérables mais avec une force militante. Un travail important a été réalisé avec la fédération du Maine-et-Loire. On a travaillé également avec le CROUS pour ce qui concerne le logement et les repas. Nous étions avant dans une station de tourisme social (jusqu’en 2015 les Universités d’été avaient lieu à Montricher-Albanne (73) dans la station des Karellis – NDLR). On a donc une cohérence: nous travaillons avec des structures sociales ou avec des structures publiques. Il est difficile de donner un chiffre mais il y a entre 50 et 70 personnes qui ont travaillé d’une manière ou d’une autre à l’organisation de l’Université d’été.

A-G : La participation des jeunes à l’Université d’été est en très nette augmentation, comment l’analyse-tu ?

G.R-Q: Les jeunes sont remués par l’évolution globale. La soif est d’autant plus vive quand on est jeune. La vie propre et spécifique des jeunes appelle à un changement spécifique. Ils sont visés directement par Macron, ce sont des cibles comme le montre la réforme des APL. On doit cela, également, au dynamisme du mouvement partenaire et indépendant qu’est le Mouvement Jeunes Communistes de France. C’est aussi la dynamique du camp d’été qui rejaillit sur l’Université d’été (le camp d’été du MJCF se tenait la semaine précédente accueillant plus de 150 jeunes – NDLR).

A-G : Un accueil des enfants a été mis en place, celui-ci a-t-il permis a beaucoup de familles de participer à l’Université d’été ?

G.R-Q: Le système d’accueil des enfants vise à mettre en place les conditions matérielles de participation effective de toutes et tous aux événements du PCF. Il n’y en a pas beaucoup pour l’instant mais ce système est récent (il existe depuis 2016 – NDLR) et doit encore se faire connaître.

A-G : Qu’as tu à dire aux militants qui ne sont pas venus pour les convaincre de venir l’année prochaine ?

G.R-Q: Déjà je voudrais leur dire merci de n’être pas venus parce qu’il n’y avait plus de place (rires) et à l’année prochaine car on se mettra en capacité de les accueillir.