Capture d'écran des annonces
A LA UNE Social-Eco

Phase 2 du déconfinement, pas un retour à la normale

Après le succès de la première phase de déconfinement, le Premier ministre a présenté avec davantage de confiance la seconde phase du déconfinement. 

L’épidémie recule, le déconfinement se poursuit

Les dernières restrictions de circulations sont levées, mais des différences persistent entre les régions. L’Île-de-France, la Guyane et Mayotte demeurent sous des régimes différents même si l’infamante couleur rouge a été troquée par de l’orangé. Les trains devraient reprendre normalement alors qu’ils étaient pour l’instant limités à un trafic très réduit alors que la saison touristique s’ouvre. Les colonies de vacances pourront rouvrir à partir du 22 juin. Les restrictions de circulations entre états de l’Union européenne devraient prendre fin le 15 juin, si tous parviennent à se mettre d’accord. Pour les voyages extraeuropéens, une décision sera prise à l’échelle de l’Union vers la mi-juin. 

La plupart des lieux qui accueillent du public pourront rouvrir. Dans les régions orange, les bars ne pourront toutefois ouvrir que leurs terrasses. Les règles de distanciations sociales demeurent et nécessitent d’adapter un certain nombre de lieux. Selon les règles retenues, la joie pourrait être de courte durée pour certains établissements. Les salles proposant des concerts accueillent souvent des spectacles à l’économie précaires qui nécessitent un remplissage pour atteindre la rentabilité. Les salles de cinéma n’ouvriront que le 22 juin prochain, la profession ne souhaitant pas une ouverture différenciée selon les régions. 

La fausse reprise des écoles et annulation du bac de français

Dans les écoles, la reprise décrétée le 11 mai s’est soldée par un accueil inégal des élèves dans des conditions diverses. L’obligation de scolarité n’a pas été annoncée, le ministre de l’Éducation mentionnant un très flou « accueil systématique » des élèves pour au moins une partie de la semaine pour cette seconde phase. Dans les collèges l’ensemble des élèves seront à nouveau accueillis, les 4e et 3e étant exclus pour le moment dans les régions vertes. Dans les régions orange, seuls les 6e et 5e devront être convoqués, les classes supérieures pouvant être accueillies sous conditions. 

Pour les lycées, la reprise n’aura finalement jamais vraiment lieu. En zone verte, l’accueil de tous les élèves d’au moins un niveau devra être fait, sans que celui-ci soit imposé. Cependant chaque élève pourra faire le point sur son orientation lors d’un entretien individuel, ce alors que Parcoursup a commencé à affecter les élèves depuis le 25 mai. En zone orange les lycées généraux et technologiques n’ouvriront pas du tout. Les lycées professionnels accueilleront des élèves en fin de cursus qui doivent passer des certifications, les Terminales et les secondes années de CAP. 

L’oral de français du bac pour les élèves de première est finalement annulé. Un choix difficilement compréhensible et motivé selon le ministère par les avis défavorables des fédérations de parents d’élèves, du Conseil national de la vie lycéenne et des organisations syndicales des professeurs. Si l’inquiétude sur la notation après plusieurs semaines d’interruption des cours est légitime, l’épreuve en elle-même ne semblait pas poser de problème particulier. Alors que les cinémas et les bars seront ouverts, l’organisation d’une épreuve orale dans une salle préparée pour l’occasion ne parait pas présenter de risques particuliers. Un aménagement des conditions de notations aurait été préférable alors que les élèves auront un « grand oral » a passé l’année prochaine dans le cadre du nouveau bac. 

Pas encore de retour à la normale et seconde vague sociale

L’épidémie semble pour le moment être contenue et les indicateurs retenus par les autorités évoluent dans le bon sens depuis le début du déconfinement. Cette nouvelle phase ne marque cependant pas un retour à la normale et les invitations à la prudence sont toujours de mise. Le port d’un masque reste obligatoire dans un certain nombre de situations, notamment dans les transports collectifs urbains. Une application de traçage des personnes pour aider à remonter les chaînes de contaminations doit être lancée mardi prochain. 

Les restrictions de rassemblement perdurent également. Sur la voie publique, il est interdit de se réunir à plus de dix. Les manifestations, les événements déclarés, sont limitées à 5 000 personnes au maximum. Les événements sportifs demeurent interdits jusqu’au 22 juin. Les championnats de football ne devraient ainsi pas reprendre avant la saison prochaine. Les boîtes de nuit ne sont pour l’instant pas non plus autorisées à rouvrir. 

Le télétravail continue également d’être encouragé par le gouvernement qui va toutefois réduire la prise en charge par l’État du chômage partiel à partir du 1er juin. La reprise économique semble se faire attendre, alors que Pôle Emploi a enregistré 843 000 chômeurs de plus au mois d’avril et que les grands groupes industriels annoncent des suppressions de postes. Le constructeur automobile Renault qui a reçu un prêt garanti de 5 milliards d’euros a annoncé la suppression de 4 600 emplois en France. 

Si on espère que l’épidémie de Covid-19 ne reprendra pas, la seconde vague semble être économique et déjà à l’œuvre. 

Rédaction
Rédaction
Collectif de rédaction d'Avant Garde