putsch-13-mai-1958-naissance-controversee-de-veme-republiqueCapture d'écran Ciné-Archive
FRANCE

Le putsch du 13 mai 1958 et la naissance controversée de la Vème République

Le 13 mai 1958, un putsch mené à Alger par l’armée et les réseaux pro-Algérie française fait vaciller la IV ème République.  Cette crise majeure débouchera sur le retour du général de Gaulle au pouvoir et sur la mise en place de la Vème République.

Elle interroge encore aujourd’hui sur les fondements de notre régime : la Vème République est-elle née d’un processus démocratique d’un coup d’État ?

L’échec de la IVème République

Née en 1946, la IVème République va rapidement se retrouver fragilisée. Principale force politique à gauche, le PCF se retrouve dans l’opposition dès 1947 avec l’exclusion des ministres communistes du gouvernement. Le nouveau contexte de guerre froide rendait cette rupture inévitable.

A droite, l’opposition à la IVème République est incarnée par le général de Gaulle. Après avoir quitté le gouvernement provisoire, de Gaulle avait plaidé dans le second discours de Bayeux (16 juin 1946) pour un régime basé sur un pouvoir exécutif fort et condamné le projet constitutionnel de la IVème République, trop parlementaire à son goût. En 1947 il lance son propre parti politique : le RPF (Rassemblement du Peuple Français), un parti de droite farouchement opposé au nouveau régime et qui connaît rapidement un grand succès.

Désormais confrontée à l’opposition des deux principales forces politiques de l’époque (communistes et gaullistes), la IVème République se retrouve en situation de faiblesse. Pour obtenir une majorité, les gouvernements doivent obtenir le soutien de coalitions hétéroclites et toujours changeantes. L’instabilité ministérielle est forte : en moyenne, un gouvernement tous les six mois !

Le déclenchement de la guerre d’Algérie (1954) va entraîner la chute définitive d’un régime qui s’avère incapable d’assumer l’existence même de cette guerre (le discours officiel ne parle alors des « événements d’Algérie » et « d’opérations de maintien de l’ordre »).

En 1956, le centre-gauche (socialistes, radicaux et différents petits partis) remporte les élections en promettant de faire la paix en Algérie. Le leader socialiste Guy Mollet dénonce alors « cette guerre imbécile et sans issue ».

Devenu chef du gouvernement, Guy Mollet se fait voter le 12 mars des « pouvoirs spéciaux » pour résoudre la crise algérienne. Les parlementaires communistes, qui pensent alors que Guy Mollet va effectivement rechercher la paix, votent pour ces pouvoirs spéciaux.

Cependant, en contradictions avec ses positions hostiles à la guerre pendant la campagne électorale, Guy Mollet va se servir de ses pouvoirs spéciaux pour poursuivre et amplifier la guerre.

La « journée des tomates » du 6 février 1956, pendant laquelle Guy Mollet se fait chahuter par les colons français à Alger hostiles à tout renoncement de la domination coloniale, semble avoir eu raison de sa détermination. Face à la pression du lobby colonial, Guy Mollet a capitulé et accepté une intensification du conflit. Pour les partisans de l’Algérie française (c’est-à-dire de la domination coloniale en Algérie), le message est clair : la IVème République est un régime faible face auquel il leur est possible de faire pression pour imposer leur volonté.

Le putsch du 13 mai 1958

La IVème République est confrontée à une énième crise ministérielle. Depuis la chute du gouvernement Gaillard le 15 avril 1958, il n’y a plus de gouvernement. Pierre Pflimlin, favorable à l’ouverture de négociation pour l’Algérie, est pressenti pour prendre la tête d’un nouveau gouvernement.

Opposé à toute négociation, les partisans de l’Algérie française organisent une manifestation qui tourne à l’émeute le 13 mai à Alger. Ils s’emparent du siège du Gouvernement général avec la complicité des parachutistes.

Devenus maîtres d’Alger, les insurgés constituent un « comité de salut public » placé sous l’autorité du général Massu. Commandant de la 10e division parachutiste, Massu est un proche du général de Gaulle qui s’est illustré lors de la bataille d’Alger par l’usage de la torture et des exécutions sommaires. Le comité de salut public est un assemblage hétéroclite qui mêle des officiers hauts gradés attachés à l’Algérie française, des colons soucieux de préserver leurs privilèges, des gaullistes et des militants d’extrême droite.

Affirmant ne reconnaître que l’autorité du général Salan, chef des armées en Algérie, les putschistes appellent dès le 14 mai au retour au pouvoir du général de Gaulle. Le 15 mai, le général Salan prononce un discours à la foule qu’il conclue par « Vive la France, vive l’Algérie française, vive le général de Gaulle ! ». Le message est clair : le but de ce coup de force est de ramener de Gaulle au pouvoir, considéré comme la seule personne capable de maintenir la domination coloniale français en Algérie.  Le même jour, de Gaulle déclare être prêt à « assumer les pouvoirs de la République ».

Le coup de force continue. Le 24, les putschistes d’Alger lancent une opération aéroportée en Corse et s’emparent de l’île. Ils fixent un ultimatum à Paris qui expirera le 29 mai et préparent une opération militaire pour prendre possession de la capitale le cas échéant.

Cette situation relève sans ambiguïté du putsch militaire. Les parachutistes de Massu ont permis la prise du siège du gouvernement général, les hauts gradés ont investi le comité de salut public et en ont pris la direction, le général Salan s’est ensuite placé à la tête du mouvement et a utilisé l’armée placée sous son commandement pour s’emparer de la Corse. Les réseaux gaullistes étaient à l’œuvre et les proches du général de Gaulle (Jacques Soustelle, Léon Delbecque…) assuraient le lien entre celui-ci et les putschistes.

Effondrement politique

Dans un premier temps, la résistance politique au putsch s’organise. En réaction aux événements d’Alger, l’Assemblée nationale vote la confiance au gouvernement Pflimlin avec pour charge de restaurer l’ordre républicain. Les communistes impulsent la création de comités antifascistes dans les quartiers et les entreprises. La CGT, appuyé par le parti communiste, lance le 26 mai un appel à la grève générale pour le lendemain.

Pourtant, dans leur majorité, les députés vont céder à la pression. C’est « de Gaulle ou la guerre civile ». Dès le 22, Antoine Pinay, représentant la droite non gaulliste, va discuter avec de Gaulle. Le leader socialiste Guy Mollet appelle les travailleurs à ne pas suivre l’appel à la grève générale de la CGT. Après avoir à son tour rencontré de Gaulle, Pierre Pflimlin annonce le 28 qu’il démissionne. Le 29, le président de la République René Coty fait appel à de Gaulle qu’il qualifie de « plus illustre des Français ». Le même jour, Guy Mollet et les socialistes se rallient à de Gaulle.

De Gaulle est investi par l’Assemblée nationale le 1er juin et fait voter le principe d’une révision de la Constitution. La nouvelle constitution, conformément à ce que voulait de Gaulle dans son discours de Bayeux, réduit le poids du Parlement et accroît considérablement le pouvoir de l’exécutif.

Le ralliement de la plupart des groupes politique à de Gaulle conduit à l’isolement des communistes et des quelques personnalités politiques de gauche refusant de suivre l’exemple de Guy Mollet (Pierre-Mendès France, François Mitterrand…). La nouvelle constitution sera alors approuvée à une très large majorité par référendum. C’est la fin de la IVème République, remplacée par une Vème République taillée sur mesure pour de Gaulle.

Le ralliement de René Coty et de l’Assemblée nationale ont donc permis à de Gaulle d’obtenir le pouvoir par une voie légale. Mais il ne s’agit que d’une légalité apparente. Cet habillage démocratique n’est là que pour valider ce qui est en réalité un véritable coup de force.

Pierre-Mendès France déclarera ainsi :

« C’est parce que le Parlement s’est couché qu’il n’y a pas eu de coup d’État ! »

Ces conditions de naissance pour le moins particulières nourriront jusqu’à aujourd’hui un certain sentiment de rejet de la Vème République par une partie de la gauche et expliquent donc en partie l’importance à gauche de la revendication portant sur la mise en place d’une VIème République.