référendum turquie LatuffAvec l'aimable autorisation de Latuff caricaturiste
INTERNATIONAL

Référendum en Turquie : une manipulation électorale

Trois heures après la clôture des bureaux de vote, les résultats incertains provoquent la colère et l’indignation.

Une propagande bien orchestrée

Sur toutes les chaînes télévisions, les presses écrites, les résultats ont été publiés tout au long de la soirée. Toutefois, ces résultats n’étaient que des données publiées par l’agence gouvernementale, Anadolu Ajans.

Scénario complètement décalé de la réalité : les bulletins des plus de 50 millions de citoyens ont été dépouillés en moins de 3 heures ; alors que les partis d’opposition ont lancé des appels à leurs bénévoles à ne pas abandonner les urnes à peine fermées et non comptabilisées après ces 3 heures de propagandes intenses.

Par ailleurs, le Conseil Électoral Supérieur (YSK) a pris 3 décisions au cours de cette journée de vote dont un après la clôture des bureaux.

Les enveloppes et bulletins n’ayant pas les 2 tampons attestant l’authenticité du matériel sont validés et comptabilisés. Le YSK prends donc une décision contradictoire à sa mission de gestion et d’assurer le bon déroulement des élections. Il est en effet inconcevable de modifier une règle électorale après l’élection, d’autant plus quand elle modifie le résultat du scrutin. Cette modification est sans influence sur le vote de la diaspora qui était soumis à un autre procédure.

Malgré l’ambiance menaçante, les manipulations flagrantes, la victoire du AKP annoncée dans la presse, les citoyens veillent sur les urnes dans l’espoir d’obtenir un résultat démocratique et libre.

Le résultat contesté

Les partis d’opposition Parti républicain du peuple – CHP, Parti démocratique des peuples HDP progressiste, Parti d’action nationaliste MHP contestent tous les 3 les résultats publiés et diffusés.

En effet, d’après les responsables de chacun de ces partis, les résultats obtenus sont tout autre que ceux diffusés. Le non l’aurait remporté selon les résultats transmis au comité central par leurs responsables locaux. Dans les résultats gouvernementaux, même les grandes métropoles se sont prononcées contre le projet constitutionnel mettant en place un régime présidentiel offrant le plein pouvoir au président.

En plus des bulletins invalides comptabilisés, des fraudes, des résultats erronés, les 3 partis ont décidé de demander l’annulation des décisions du YSK mettant ainsi en jeu 2,5 millions de votes, de prendre en compte les irrégularités et enfin de publier des résultats en faisant toute la lumière.

Le président a pris la parole vers 22h au QG de son parti, avant la publication des résultats officiels. Dans ce discours, Erdogan remercie l’ensemble de ces collègues mais aussi ses adversaires politiques. Il a terminé son discours en proposant un prochain référendum sur la peine de mort.

Le secrétaire général du CHP (parti républicain du peuple, social démocrate) vient de prendre la parole en annonçant que la décision prise aujourd’hui par le Conseil électoral Supérieur est contradictoire à sa doctrine et à ses règles. Les 1,5 million de bulletin ne doivent pas être comptabilisés. Le conseil électoral supérieur a rendu le résultat de ce référendum contestable…

Mise à jour 22h30

Les trois partis d’opposition s’accordent pour dénoncer une fraude électorale portant sur environ un million de bulletin. Tandis que la validation de bulletin normalement non valide par le YSK concernerait 1,5 million de bulletin.

Sur les 56 millions de bulletins dépouillés, la différence entre le oui et le non s’élève selon les résultats officiels à 1 250 360 voix. Il reste encore 594 000 bulletins à dépouiller.

Rédaction
Rédaction
Collectif de rédaction d'Avant Garde