star-wars-derniers-jedi-renouveau-dune-saga-inter-generationnelleStar Wars
CULTURE

Star Wars Les Derniers Jedi : renouveau d’une saga inter-générationnelle ?

[GARANTI SANS SPOIL] Après un retour en demi teinte, un épisode « spin-off » acclamé, pour la troisième année consécutive depuis sa relance, la saga transgénérationnelle Star Wars revient avec son nouvel opus continuant l’histoire principale Star Wars: Les Derniers Jedi.

Avant propos : Cette chronique fait le choix de ne pas s’intéresser aux problèmes de production et autres rachats par Disney. Le film pose également certaines questions problématiques qui ne peuvent être traitées sans spoiler le film aussi elles pourront être traitées éventuellement dans une autre chronique.

Un rapide regard en arrière

L’épisode VII La Menace fantôme a laissé les spectateurs avec une sensation étrange, l’impression d’avoir vu un Star Wars, de l’avoir apprécié sur le moment pour, une fois le plaisir d’avoir retrouvé ces héros du passé retombé, lui trouver mille et un défaut. Le premier, le principal, l’outrage ultime à en croire les fans : il n’est pas original, c’est un plagiat du IV Un Nouvel Espoir et c’est beaucoup trop kitch.

Alors oui, La Menace fantôme reprend l’arc narratif du IV et condense tout une trilogie d’enjeu en un film, oui la super méga « étoile de la mort » est, par certains aspects, grotesque, oui le fils qui tue son père et s’enfonce dans le côté obscur a déjà été vu, pour autant peut on véritablement le reprocher à J.J. Abrams ?

Loin de là, J.J. Abrams avait la très lourde tâche de faire un film qui ne pouvait pas satisfaire tout le monde et qui ne pouvait qu’être déceptif fasse aux attentes démesurées qui accompagnaient le retour de cette saga. J. J. Abrams face à ces attentes à fait ce qu’il sait faire de mieux : rendre hommage et faire le Star Wars que lui aurait voulu voir, il expose aux spectateurs sa vision de cet univers, libres à eux de le suivre ou pas. Il livre donc un épisode honnête en ayant sans doute raté le coche de faire l’épisode ultime que certains attendaient mais en ayant réussi l’exploit de relancer la saga la plus importante du XX° siècle.

L’épisode VII si il n’a pas su séduire tout son public, pour des raisons compréhensibles, a en revanche préparé le terrain qui a permis de relancer cette saga et sans lequel un épisode tel que Les Derniers Jedi n’aurait pas été possible.

star-wars-derniers-jedi-renouveau-dune-saga-inter-generationnelle-1Affiche du Film

Quelles attentes pour ce nouvel épisode ?

Si le sentiment de déception suite à l’épisode précédent était réel et relativement fort, plus car on avait touché à un monument qu’il ne fallait pas égratigner que parce qu’on aurait réalisé un mauvais film (le I ; II. III. sont sans doute moins bons mais réalisés par G. Lucas alors on les accepte), les attentes pour ce nouvel opus n’en étaient pas moins grandes.

Disney a ceci de très confortable, si le film est mauvais ou ne plaît pas c’est de leur faute, si le film est réussi c’est parce que le, la cinéaste au commande a réussi à s’imposer et Disney est oublié mais surtout, ils ont un des services marketing les plus puissants actuellement et donc ont su créer les conditions d’attentes plus que suffisantes pour permettre à ce nouvel épisode d’être un succès avant même sa sortie.

Les fans attendaient donc ce nouvel opus mais avec quelles attentes ? Ils avaient été déçus par l’épisode précédent, séduits par un spin-off dont la mise en images ne correspond pas non plus à celle qu’ils attendaient pour la série principale, il fallait donc un retour aux sources mais en pensant cette fois-ci à actualiser l’épique des précédentes trilogies au public d’aujourd’hui : l’imagerie des Star Wars d’hier ne peuvent plus fonctionner en sortant aujourd’hui dans un monde cinématographique ayant connu Matrix, Blade Runner 2049 ou encore et surtout Mad Max Fury Road qui a redéfinit les codes de l’action pour les vingts prochaines années au moins.

Il fallait également une histoire novatrice, du moins la présenter comme telle, après La Menace fantôme, un réel besoin de prise de risque s’est installé et ce besoin a su être monté et utilisé par la promotion du film. Enfin l’attente de voir un Star Wars, avec ses codes bien installés, ses personnages, ses sabres lasers.

Des attentes comblées

Le moins que l’on puisse dire c’est que le film réussit son pari de jouer avec ces attentes, l’histoire va de rebondissement en rebondissement, prend des virages inattendus, ose des retournements pouvant surprendre voir choquer pour leur plus grand plaisir les spectateurs. Certains risquent de faire grincer des dents mais ont le mérite d’exister et de permettre de relancer une intrigue pouvant s’essouffler sur la distance sans leur présence. Toutefois certains de ces retournements n’en sont pas moins problématiques, nous y reviendrons.

L’univers Star Wars est-il là ? Assurément, tout les éléments de la saga sont présents dans cet épisode, Leïa, Luke, les sabres lasers, la force, un vrai méchant, le balancement, la déchirure des protagonistes… Alors il ne s’agit toujours pas de l’univers étendu et tant mieux, le film ne se réduit pas ainsi à une communauté de fan mais permet à un large public de se projeter dans le film. Cependant s’il est toujours souhaitable de prendre des distances et des libertés avec les films précédents, ce que fait par moment très bien le film, il tombe malheureusement également dans l’utilisation de ces codes pour justifier l’injustifiable et fait tomber certaines scènes dans la facilité.

Ces facilités sont souvent compensées par une réalisation tout à fait maîtrisée et des scènes à couper le souffle pour quelqu’un de réceptif à cet univers. C’est là l’avantage principal du film et ce qui fait qu’il séduit à ce point : le film est très beau. Les scènes d’actions sont particulièrement épiques et grandioses. R. Johnson possède une vision certainement différente de celle de G. Lucas pour ce qui est des scènes d’action, plus graphiques, plus esthétiques et arrive à rendre le moindre combat, le moindre moment de tension, épique au risque d’accentuer certaines scènes inutiles voir un poil grotesques.

Toutefois, R. Johnson possède une vision qui lui est propre de Star Wars et arrive ainsi à l’offrir aux spectateurs, là encore libre à eux de le suivre ou non. Le film est distribué en 3D, pour ceux qui en ont l’occasion, voir le film dans cette version amène un vrai plus au niveau de l’immersion dans l’oeuvre.

Enfin, sans qu’il s’agisse réellement d’une attente liée particulièrement à ce film, les acteurs sont tous bons, ils arrivent à rendre leurs personnages crédibles, touchants, Adam Driver et Oscar Isaac ont enfin l’espace pour s’exprimer, Kelly Mary Tran amène très bien son nouveau personnage, une mention spéciale pour les anciens Mark Hamil et surtout pour la regrettée Carrie Fisher qui crève l’écran chaque fois qu’elle apparaît.

Histoire et limite de l’univers

Si Les Derniers Jedi est agréable à regarder, flatte le spectateur, il n’en reste pas moins que l’histoire qu’il développe, pose certains problèmes. Il n’est pas aisé d’en parler à des personnes n’ayant pas encore vu le film, toutefois soyez rassurés, la suite sera sans spoiler.
Le film prend des risques, ce qui est plutôt positif mais parfois les partis pris viennent à l’encontre de la cohérence et des règles pré-établies.

L’univers de Star Wars, si il est extrêmement grand, repose sur des règles tacites extrêmement simples et nécessaires à la cohérence de la saga, hors par ces choix ce dernier épisode bouscule cette cohérence et oublie de se poser les questions essentielles qu’il lui auraient permis de garder une histoire claire où les règles ne changent pas en cours de route.

On voit là les limites de cet univers puisque bon nombre de choix sont en suspens de leur poursuite dans le prochain épisode qui peut ou les valider ou les invalider, ainsi, le prochain épisode semble se retrouver devant une énigme à résoudre comment conserver une cohérence entre les différents films et les règles de la saga. R. Johnson semble connaître ces règles mais également d’en voir les limites et plutôt que d’essayer de faire coexister ses envies cinématographiques et ces contraintes, il choisi de passer outre quitte à sortir le spectateur.

Toutefois le film reste agréable à voir malgré ses incohérences car R. Johnson sait jouer des attentes des spectateurs et donc de leur capacité à accepter ces choix contestables.

Un renouveau de la saga ?

Malgré ses choix risqués et ses belles intentions, ce Star Wars reste un film qui finalement répète beaucoup les différents éléments des précédents épisodes. Il le fait très bien, se présente très bien mais ne prend jamais le parti pris de véritablement renverser la table.

C’est un beau film, un bon film mais cela reste un Star Wars. Peut-on le lui reprocher ? Non bien sûr mais il ne séduira pas ceux qui n’aimaient pas encore cet univers. D’un autre côté, il continue également la redécouverte que commençait La Menace fantôme pour un nouveau public.

Alors renouveau d’une saga, non mais bon film plutôt.