sorties-cine-de-semaine-8Affiches des films
CULTURE

Les sorties cinéma de la semaine

Cette chronique a pour but de présenter chaque semaine les films qui vont sortir sur grand écran. Les longs-métrages présentés n’ont pas encore été vus en salle mais feront pour certains l’objet de critiques ultérieurement. L’auteure ne fait que donner son avis personnel construit à partir du synopsis et de la bande annonce. Des erreurs de jugement peuvent donc être commises.

A NE PAS MANQUER

Moi, Tonya

BIOPIC – “En 1994, le milieu sportif est bouleversé en apprenant que Nancy Kerrigan, jeune patineuse artistique promise à un brillant avenir, est sauvagement attaquée. Plus choquant encore, la championne Tonya Harding et ses proches sont soupçonnés d’avoir planifié et mis à exécution l’agression…“

Moi, Tonya qui revient sur le milieu du sport, semble ne pas tomber dans les codes du biopic classique en adoptant une teinte d’humour assumée, portée par une Margot Robbie impécable.

La Forme de l’eau – The Shape of Water

FANTASTIQUE – “Modeste employée d’un laboratoire gouvernemental ultrasecret, Elisa mène une existence solitaire, d’autant plus isolée qu’elle est muette. Sa vie bascule à jamais lorsqu’elle et sa collègue Zelda découvrent une expérience encore plus secrète que les autres… “

Entre poésie et métaphore, La forme de l’eau détient un scénario original à l’image de sa réalisation: magique, fantastique et unique.  Il obtient d’ailleurs de nombreuses nominations aux Oscars mais aussi des récompenses multiples aux cérémonies des Golden Globes et Bafta Awards, notamment concernant la réalisation, la direction photo et la musique d’Alexandre Desplat.

POURQUOI PAS

Mary et la fleur de la sorcière

ANIMATION – “C’est l’été. Mary vient d’emménager chez sa grand-tante dans le village de Manoir Rouge. Dans la forêt voisine, elle découvre une fleur mystérieuse qui ne fleurit qu’une fois tous les 7 ans. On l’appelle la “fleur de la sorcière”. Pour une nuit seulement, grâce à la fleur, Mary possèdera des pouvoirs magiques et pourra entrer à Endor, l’école la plus renommée dans le monde de la magie, qui s’élève au-dessus du ciel, au-delà des nuages. Le secret de la fleur de la sorcière se révèlera à elle petit à petit…“

Dans la lignée des animés de Miyazaki, Mary et la fleur de la sorcière semble offrir une très belle réalisation mais ressemble trop fortement aux autres films des studios Ghibli.

L’Insoumis

DOCUMENTAIRE – “Avec ses hauts, ses bas, sa tendresse, son humour, et sa virulence, Jean-Luc Mélenchon est un vrai personnage de film. Qu’il soit haï ou adulé, il ne laisse personne indifférent.  Sa campagne présidentielle de 2017 n’a ressemblé à aucune autre dans le paysage politique contemporain. C’est durant ces moments intenses de sa vie, et de celle de la France, que Gilles Perret l’a accompagné au plus près.  Une période propice à la découverte des côtés moins connus d’un homme indissociable de sa pensée politique.”

Il paraît que le documentaire du réalisateur de la Sociale montre une image apaisée du leader de la France Insoumise. Un véritable tour de force étant donné l’hystérie permanente du personnage principal. La fiction n’a pas été poussée jusqu’à faire gagner la présidentielle au fruit des liaisons incestueuses du trotskysme et de la social-démocratie. A voir si vous appréciez le personnage ou par curiosité, ou si vous vous êtes fait tatouer un phi sur la fesse gauche après la cuite du 1er tour.

Corps étranger

DRAME – “Samia, échoue comme beaucoup de clandestins sur les rivages de l’Europe. Hantée par l’idée d’être rattrapée par un frère radicalisé qu’elle avait dénoncé, elle trouve d’abord refuge chez Imed une connaissance de son village, puis chez Leila pour qui elle travaille. Entre les trois personnages, le désir et la peur exacerbent les tensions…”

On ne sait pas trop où le film veut aller, érotisme ou sujet de société que l’immigration clandestine. En revanche la réalisation au plus proche des personnages et ces derniers, qui sont justement interprétés, méritent le coup d’oeil.

Cas de conscience

DRAME – “Un soir, seul au volant, le docteur Nariman tente d’éviter un chauffard et renverse une famille en scooter. Il les dédommage pour les dégâts matériels et insiste pour qu’Amir, leur enfant de 8 ans légèrement blessé, soit conduit à l’hôpital. Deux jours plus tard, à l’institut médico-légal où il travaille, Nariman s’étonne de revoir la famille, venue veiller le corps sans vie d’Amir. Le rapport d’autopsie conclut à une intoxication alimentaire. Mais Nariman a du mal à accepter cette version officielle qui pourtant l’innocente.”

Le titre résume bien la pensée du film, un homme qui s’en veut pour un peu rien, c’est la faute de personne mais tout le monde est un peu coupable. Reste à voir comment la réflexion sur le sens des responsabilités sera amenée.

 

JE VOUS DECONSEILLE

Les Aventures de Spirou et Fantasio

COMEDIE – “Lorsque Spirou, prétendu groom dans un Palace, rencontre Fantasio, reporter en mal de scoop, tout commence très fort… et plutôt mal ! Ces deux-là n’ont aucune chance de devenir amis. Pourtant, quand le Comte de Champignac, inventeur aussi génial qu’excentrique, est enlevé par les sbires de l’infâme Zorglub, nos deux héros se lancent aussitôt à sa recherche. En compagnie de Seccotine, journaliste rivale de Fantasio, et de SPIP, petit écureuil espiègle, ils sont entraînés dans une poursuite effrénée entre l’Europe et l’Afrique. Spirou et Fantasio vont devoir faire équipe pour sauver Champignac… et accessoirement le reste du monde !”

Quand le cinéma cherche à adapter les grands classiques de la bande dessinée, c’est souvent raté. Les Aventures de Spirou et Fantasio paraît ne pas y échapper. Manque d’originalité et d’univers et pas de prise de risque.

Criminal Squad

POLICIER – “Chaque jour, 120 millions de dollars en liquide sont retirés de la circulation et détruits par la Réserve fédérale de Los Angeles. Un gang de braqueurs multirécidivistes va tenter l’audacieux tour de force de mettre la main dessus. Mais, ils vont se heurter à une unité d’élite de la police qui n’a pas l’intention de jouer dans les règles de l’art. Tous les coups sont permis pour coincer ces gangsters prêts à tout.”

Sans grand intérêt que ce soit cinématographique ou scénaristique. En plus du manque d’originalité, Criminal Squad apparaît comme un énième film d’action américain.