Roussel défend une France solidaire et pacifiste

publié le dans

INTERNATIONAL

Cover Image for Roussel défend une France solidaire et pacifiste

Habituellement reléguée au second plan derrière les questions nationales, la politique internationale est, avec l’invasion de l’Ukraine par la Russie, devenue le thème majeur de cette élection présidentielle. Ces dernières semaines, Fabien Roussel a donc été questionné par les journalistes. L’occasion pour lui de défendre une vision jaurésienne de la politique internationale. Et de mettre en avant les mesures du programme de « La France des Jours heureux » autour de ce sujet.

La santé, « un droit universel »

Si la question de la pandémie de Covid-19 a été éclipsée par le conflit russo-ukrainien et son lot de drames, de nombreux pays souffrent encore aujourd’hui d’un déficit de doses de vaccins. Dans un rapport publié au début du mois de février, l’OMS estimait notamment que les pays africains devaient multiplier par six leur taux de vaccination pour espérer atteindre les 70 % de couverture vaccinale.

Dès le début de l’épidémie, le PCF a défendu la campagne « Pas de profits sur la pandémie ». Lancée par le Parti de la gauche européenne contre les grands groupes pharmaceutiques mondiaux. Ceux qui ont profité de la crise sanitaire pour s’enrichir. Ainsi en cas de victoire de Fabien Roussel, « la nouvelle majorité agira pour faire de la santé et de la protection sociale un droit universel ». Immédiatement, la France « agira pour la levée des brevets sur les vaccins contre la Covid-19 ». Afin que chacune et chacun puisse avoir accès à la vaccination et ainsi éviter l’apparition de nouveaux variants. 

« Une Europe des travailleuses et des travailleurs »

Dans les différents médias, Fabien Roussel a souvent affirmé sa volonté de lutter contre l’Europe de la finance. Plus particulièrement contre l’austérité qu’elle impose aux peuples européens. Cela passera par mettre un terme au pacte dit de « stabilité » et aux 3 % de déficit public autorisé. Aussi par la fin de l’indépendance de la Banque Centrale européenne. Celle-ci sera en effet « placée sous contrôle démocratique des États et des peuples ». Afin de refonder l’euro et faire en sorte que celui-ci « ne soit pas au service de la rente, mais du développement humain et écologique » et de créer un fonds européen alimenté par la BCE pour permettre le développement humain et environnemental. 

Fabien Roussel assure que la France organisera une grande conférence sur la dette afin de travailler à l’effacement des dettes accumulées par les pays pendant la crise du Covid-19. Elle travaillera au sein de l’Union européenne à lutter contre les paradis fiscaux. Notamment ceux faisant partie de l’UE. En instaurant un « serpent fiscal européen assurant un taux minimum d’imposition à 25 % » et en généralisant au sein des états membres le prélèvement à la source des multinationales. 

Enfin le candidat du Parti communiste français se dit défenseur d’une Europe à « géométrie choisie ». Pour une coopération favorisant les logiques de partage entre les régions frontalières et construire des voies légales et sécurisées, ouvertes à l’ensemble des migrants et des migrantes. Loin des clichés Fabien Roussel prône le renforcement de la politique d’accueil des réfugiés de la France. Pour cela il propose notamment d’accroître les moyens de l’Office française de Protection des réfugiés et des apatrides et l’Office français de l’immigration et de l’intégration. Et de rompre avec les accords du Touquet et de Dublin. 

Coopération et la solidarité entre les peuples

Le début de la guerre en Ukraine a vu certains journalistes et hommes politiques essayer de remettre au jour l’image d’un Parti communiste français totalement affilié à Moscou. Et ce malgré la chute du mur de Berlin et l’effondrement du bloc de l’est. Néanmoins, de passage média en passage média, Fabien Roussel a défendu une vision très jaurésienne de l’internationalisme en condamnant fermement la guerre et a travaillé à mettre en avant les idées de son Parti sur les questions diplomatiques. 

Fabien Roussel s’engage ainsi en cas de victoire à faire sortir la France de l’OTAN et à travailler à la mise en place « d’un cadre commun de coopération et de sécurité collective » . Il sera défini par une conférence européenne. Il souhaite renforcer les Nations Unies « au bénéfice des nations du sud ». Notamment en renforçant les moyens des agences et des opérateurs de l’ONU. Sous l’égide de cette dernière il organisera une grande COP autour de la justice fiscale et sociale. 

Internationaliste, Fabien Roussel propose également que la France porte l’aide publique au développement fondée sur les besoins des pays récipiendaires à 0,7 % de la richesse nationale. Pour aider au développement économique, social, humain et culturel des pays en question. Le tout dans le respect de la question écologique.